capture d'écran du site parcoursup.fr
capture d’écran du site parcoursup.fr

Parcoursup : les lycéens hurlent au désespoir sur les réseaux sociaux

La première vague d'admission à l'enseignement supérieur via la plateforme Parcoursup est tombée hier soir. 400 000 lycéens sont sur liste d'attente. Depuis ce matin nombre d'entre eux s'expriment sur les réseaux sociaux pour crier leur désespoir ou mettre en avant les aberrations de la plateforme.

Le premier verdict pour la nouvelle plateforme d'admission à l'enseignement supérieur Parcoursup est sans appel : pour la moitié des candidats, c'est la catastrophe. La première vague de réponse est arrivée hier à 18H. En France ils sont 400 000 à devoir attendre que les meilleurs ne libèrent de la place pour qu'ils puissent être admis quelque part. 152 064 candidats (dont 40 874 originaires de l’académie de Lyon) ont émis des vœux dans les établissements d’enseignement supérieur de l’académie de Lyon. En bons adeptes des réseaux sociaux, les futurs bacheliers se lâchent sur twitter.

Chez les recalés, les tractations vont bon train. Steven et Samia ou encore Watson demandent ainsi si quelqu'un serait intéressé pour démissionner des filières dans lesquelles ils n'ont pas été acceptés, dont droit et sciences-po à Lyon 3, avec un sens plus ou moins aigu de la négociation.

D'autres, comme Aubra, sont même prêts à échanger leurs carte Pokémon rares contre n'importe quelle place disponible.

Des bugs aberrants

Malgré les vœux pieux de la ministre de l'enseignement supérieur, le processus semble avoir souffert de quelques bugs. De nombreux lycéens notent ainsi que leur classement sur liste d'attente ne correspond pas vraiment au nombre de personnes inscrites sur cette liste. Paulo découvre ainsi ce que veut dire le mot "sélection" dans son acceptation la plus barbare, celle du darwinisme.

Pour certains qui n'ont formulé des vœux qu'en filières sélectives, la douche se révèle encore plus froide. De nombreux internautes postent des captures d'écran de leur dossier Parcoursup qui affiche cruellement une liste de "Non". Nabi est l'un de ceux-là, et pense déjà à aller faire un tour à pôle emploi.

Entre les mailles du filet

Le reste des lycéens a eu plus de chance. Certains en sont les premiers étonnés et se demandent si la sélection des dossiers ne s'est pas faite au doigt mouillé. Yanis a ainsi été accepté dans un DUT à Amiens alors qu'il avait écrit une lettre de démotivation.

À Lyon de nombreux étudiants se félicitent d'avoir été admis à Lyon 2 qui avait pris la décision d'accepter toutes les candidatures dans les filières qui n'étaient pas en tension, soit les trois quarts des formations proposées.

Pour tous les autres il reste peut-être une dernière solution, certes radicale : candidater à l'ISSEP de Marion Maréchal Le Pen qui arrive tout en haut du fil pour la recherche "parcoursup Lyon". Coût de l'adhésion, 5 500 €.

Lire aussi : Lyon : Parcoursup fait des siennes, même au Lycée du Parc et Lyon : parcoursup fait frémir les lycéens au Lycée Marcel Sembat

à lire également
capture d'écran du site parcoursup.fr
À trois jours du baccalauréat, le gouvernement a décidé que la plateforme Parcoursup serait mise en stand by toute la semaine prochaine. De leur côté, les syndicats étudiants ne pensent pas que cela fera redescendre la pression chez les lycéens.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

La revue du web
Faire défiler vers le haut