Vue de Lyon la nuit
Fontaine des Jacobins la nuit 30 ans plan lumières 2018 © Tim Douet

Nuisances à Lyon : des chicanes bientôt installées en Presqu'île

En attendant l'arrivée de bornes rétractables, des chicanes pourraient être installées sur la Presqu'île de Lyon pour réduire les nuisances nocturnes.

La question des nuisances et incivilités en Presqu'île a occupé une bonne partie du début du conseil municipal de la ville de Lyon qui s'est tenu ce lundi. Face à la hausse de tension connue récemment, plusieurs propositions ont été mises sur la table : vidéo-verbalisation, présence policière accrue, mais aussi installation de bornes rétractables. Ce dernier dispositif va cependant mettre du temps à être installé. Le délai serait de “18 mois”, a indiqué David Kimelfed, le président de la métropole de Lyon, dans nos colonnes. 

D'ici là, la ville souhaite installer du mobilier provisoire. “Nous allons tester dans les semaines à venir des moyens mobilisés pendant la campagne antiterroriste avec des chicanes à l’entrée des secteurs concernés”, a déclaré hier lors du conseil Jean-Yves Sécheresse, l'adjoint en charge de la sécurité à la ville de Lyon. La municipalité travaille donc actuellement sur cette mise en place afin “d'anticiper le nécessaire retrait de l'état parce que l'on ne peut pas imaginer que des policiers soient là pendant des mois et des mois la nuit en attendant l'arrivée de bornes”, a expliqué l'adjoint de Gérard Collomb.

On ne sait pas encore quand vont être mises en place ces chicanes qui auront pour objectif de réduire la vitesse dans la zone, mais aussi d'inciter à passer ailleurs. 

à lire également
Vendredi 21 février, le conseil du Sytral vote pour la résiliation du contrat Rhônexpress. Le président de la métropole de Lyon, David Kimelfeld, exulte. Après plus d'une heure de débats et de doutes, il sait qu'il aura les douze voix requises pour faire passer cette mesure sans possible retour en arrière. Lors du vote final, il lève les deux bras faisant le V de la victoire. À côté de lui, Gérard Collomb croise les bras. La mine sombre, il est KO. Son ancien dauphin, devenu dissident, vient de porter un coup à sa conception du modèle lyonnais.
3 commentaires
  1. Georges Marchais - 24 septembre 2019

    Pourquoi personne nous dit content c'est passé ce dernier weekend ?

    1. vieux caladois - 24 septembre 2019

      je suppose qu'il faut lire comment...la réponse est : ils dorment encore

  2. patnoy69@gmail.com - 24 septembre 2019

    18 mois de travaux !!!!!! Les gueuletons, les réunions, et toutes les pertes de temps sont-elles comptabilisées ? L immobilisme est énorme dans cette ville...peut être un peu de jeunesse a la tête ferait elle du bien !!!!!
    Combien de chantier, ou ils sont 6, un qui travaille et cinq qui regardent ?
    Un peu de ménage devrait être fait dans les services des villes, Lyon et ses villes voisines.......

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut