Nouvelle permanence contre les violences conjugales

En 2008, 156 femmes sont décédées suite aux coups de leurs compagnons, soit une tous les 2,5 jours.

Alors que ce nombre s'élève à 27 pour les hommes, soit un tué tous les 14 jours. Un chiffre minimal que nous livre Thérèse Rabatel, adjointe au maire du 3e, déléguée à l'égalité hommes-femmes, qui souligne l'insuffisance de législation en la matière. " L'idéal serait de créer une loi-cadre comme ce fût le cas en Espagne en 2004. " ajoute-t-elle.

En 2008, dans le Rhône, on dénombrait 7 cas officiels d'homicide au sein d'un couple. Chaque semaine, une procédure est diligentée contre un homme qui aurait blessé sa concubine.

Dernière en date, l'histoire d'une femme de 27 ans qui a reçu un coup de couteau à l'épaule, porté par son compagnon âgé de 26 ans.

Depuis 1981, Femmes Informations Liaisons (FIL) écoute et soutient ces victimes quotidiennes qui subissent des violences physiques, mais aussi verbales, sexuelles, psychologiques et économiques.

Dirigée par Véronique Laboureau, l'association a mis en place depuis 2005 des permanences gratuites et sans rendez-vous, dans les mairies du 5e, 8e et 9e pour toutes celles qui ne peuvent se rendre au centre de Saint-Fons.

" Un saut dans le vide " pour les victimes

Pour faciliter la démarche de ces femmes, une nouvelle permanence a vu le jour ce lundi, en mairie du 3e arrondissement. " Un lieu neutre " pour préserver l'anonymat et protéger les femmes qui veulent discuter, comprendre et réagir afin de ne plus être sous " l'emprise " de leur conjoint.

La décision de s'orienter vers un interlocuteur pour celles qui craignent ou vivent la violence est, en effet, " difficile à prendre ".

D'après Marie-Pierre Noret, chargée de l'accueil tous les lundis, de 14h30 à 16h30, les victimes ont d'autant plus de mal à se reconnaître comme telle, lorsque la violence subie ne laisse aucune trace physique. La mission première de ces entretiens est de déculpabiliser les victimes. Sans cela, aucune action concrète n'est envisageable. " Il faut souvent de nombreuses visites avant que les dames se décident à réagir " précise-t-elle.

Puis, informer et orienter les femmes vers toutes les possibilités d'action qui leur sont offertes. Mais c'est ici que s'arrête la mission de l'association et des permanences. Bien qu'indispensables, ces lieux d'accueil ne sont qu'une étape dans le long parcours qui attend les victimes de violences conjugales et qui souhaitent " reprendre leur vie en main ".

A ce sujet, Mme Noret a remarqué une évolution notable concernant les femmes qu'elle reçoit : ces dernières cumulent de plus en plus les difficultés - financières, psychologiques, isolement etc. Et de se rappeler les propos marquants d'une dame qui lui a confié : " Quand je suis sortie de chez moi, j'ai sauté dans le vide ".

Voici un extrait des circulaires préfectorales sur les faits divers, inhérent aux violences conjugales de ces deux dernières semaines :

VIOLENCES CONJUGALES : Un homme de 28 ans demeurant à LYON 5ème a été interpellé le 13/09/09 à 21h15 à son domicile pour avoir frappé sa concubine âgée de 28 ans. Il a reconnu les faits et Convocation par Officier de police judiciaire pour le 07/12/2009.

VIOLENCES CONJUGALES : Procédure diligentée contre un homme de 33 ans demeurant à Venissieux, interpellé le 16/09/09. Il avait depuis février 2009, au domicil conjugal, porté à plusieurs reprises des coups à son épouse de 30 ans occasionnant 2 ITT de 3 jours et une autre de 2 jours. Présenté au Parquet le 18/09/09

VIOLENCES CONJUGALES : Un homme de 41 ans demeurant à Venissieux a été interpellé le 16/09/09 à 18h à son domicile. Il venait d'exercer des violences sur sa concubine âgée de 34 ans. Pas d'ITT. Maison de Justice et du Droit pour le 26/10/09.

VIOLENCE VOLONTAIRE AVEC ARME : Procédure diligentée contre un Lyonnais de 26 ans, interpellé le 17/09/09 à son domicile. Il venait de porter un coup de couteau à l'épaule de sa concubine de 27 ans. 5 jours d'ITT. Présenté au Parquet le 18/09/09.

MENACES AVEC ARME : Interpellation d'un homme de 50 ans le 19/09/09, demeurant à Lyon 9e alors qu'il venait de menacer son épouse avec un couteau. Présenté au Parquet le 21/09/09

à lire également
Le collectif NousToutes Lyon a organisé un « die-in » samedi après-midi place Louis Pradel, à Lyon. Les personnes présentes ont simulé la mort pendant un instant, pour rendre hommage aux 122 victimes de féminicides depuis le début de l’année.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut