Capture d’écran google street view de la montée de Choulans, dans le 5e arrondissement de Lyon.

Montée de Choulans à Lyon : les mesures de sécurisation se précisent, tout ce qu'il faut savoir

Ce mercredi, six automobilistes ont été verbalisés pour excès de vitesse dans la montée de Choulans, dans le 5e arrondissement, où les contrôles de police ont été renforcés après deux accidents mortels. Les mesures visant à renforcer la sécurité de cet axe routier, "très accidentogène", se précisent. 

Une semaine après la mort d’un lycéen, âgé de 16 ans, tué par un poids lourd dans la montée de Choulans, les forces de police ont mené un contrôle routier sur place ce mercredi matin. Effectué sur demande du préfet, celui-ci a permis de verbaliser six conducteurs pour "des excès de vitesse allant jusqu’à 15 km/h au-dessus de la limitation", précise la préfecture. 

Lire aussi : Lyon : le piéton tué montée de Choulans était un élève du lycée Don Bosco

Cette opération intervient quelques jours après l’annonce, par les autorités locales, d’un renforcement des contrôles sur cet axe routier, considéré comme "l’un des cinq axes les plus accidentogènes du 5e arrondissement", souligne Fabien Bagnon, le vice-président de la Métropole de Lyon à la voirie et aux mobilités actives. À cet égard, de plus amples mesures doivent être prises afin de renforcer la sécurité des différents usagers de la montée. 

L’installation d’un radar de chantier étudiée

"Une réunion d’échange" se déroulait notamment mardi 22 juin à la préfecture du Rhône, en présence des services de l’État (dont la police nationale), la Métropole et la ville de Lyon, afin de définir les actions à mener pour sécuriser cette route. Une première étape doit déjà être franchie ce vendredi, avec l’installation d’un radar pédagogique. Une solution qui n’est "clairement pas suffisante", reconnaît Fabien Bagnon, mais qui a tout de même "un effet sur la majorité des conducteurs, qui n’ont pas toujours le nez sur le compteur". De plus, ce dispositif a le "mérite de pouvoir être installé très rapidement, là ça aura été fait en une semaine", précise l’élu. 


"J’ai bon espoir que cela soit réalisé, dans l’attente d’un radar définitif courant 2022."
Fabien Bagnon, vice-président de la Métropole de Lyon à la voirie et aux mobilités actives


Un outil pédagogique qui pourrait être complété par un radar sanction. "On continue à creuser un certain nombre de pistes, explique le vice-président de la Métropole, dont celle de l’installation d’un radar de chantier, sous réserve de faisabilité technique." Une mesure temporaire qui aurait été proposée par la préfecture et qui pourrait être suivie de quelque chose de plus pérenne, l’année prochaine. "Il y a un plan de déploiement d’une centaine d’emplacements de radars sur la métropole qui est en cours d’élaboration, rappelle Fabien Bagnon. Nous y sommes très favorables et nous travaillons avec la préfecture sur ce sujet. Nous avions évidemment pensé à Choulans, sauf que l’on est plutôt sur une échéance à 2022. […] Pour le calendrier on est tributaire de l’État", détaille l’élu métropolitain.

Un passage à 30 km/h également sur la table

Souvent pointée du doigt, notamment par les riverains, la vitesse pourrait aussi faire l’objet de mesures plus restrictives. Selon Fabien Bagnon, une réflexion "se poursuit concernant un abaissement de la vitesse de 50 à 30 km/h". En revanche, un temps sur la table, la réduction du tonnage ne devrait pas intervenir prochainement. L’élu évoque une "question compliquée, car on est sur une route à grande circulation et il n’y a pas beaucoup d’itinéraires alternatifs [pour les poids lourds, NDLR]".

Lire aussi : Montée de Choulans à Lyon : les riverains montent au créneau après la mort de deux personnes 

Des discussions ont également été engagées avec les riverains, alors qu’une pétition ayant déjà récolté près de 19 000 signatures demande que des mesures fortes soient adoptées. Ainsi, dans une volonté d’écoute et d'échange, "les élus du 5e arrondissement ont rencontré les habitants du Comité d’intérêt local (CIL) Saint-Just/Saint-Irénée/Fourvières", précise le vice-président du Grand Lyon. Les services de la Métropole doivent quant à eux tenir une réunion la semaine prochaine avec le proviseur du lycée, auquel appartenait l’élève décédé, pour discuter des mesures qui doivent être prises et "entendre les problématiques auxquelles ils sont confrontés", ajoute Fabien Bagnon. 

Lire aussi :Accident de la montée de Choulans à Lyon : le chauffeur mis en examen

Faire défiler vers le haut