masques grand public en tissu

Masques distribués par la métropole de Lyon : ce que l'on sait déjà

À l'approche de la sortie du confinement, la métropole de Lyon va distribuer deux millions de masques à ses habitants. Que sait-on déjà sur cette initiative ?  

L'annonce a été faite jeudi 9 avril par le président David Kimelfeld. À l'approche du déconfinement, pour l'instant prévu à partir du 11 mai, la métropole de Lyon va distribuer deux millions de masques en tissu à ses habitants.

Lavables et réutilisables, ils seront également destinés aux associations, indépendants, commerçants, artisans et TPE. Les modalités de distributions ne sont pour l'instant pas encore connues.

Des commandes et des "couturières solidaires" 

Ces masques en tissu seront issus de commandes passées auprès d'entreprises textiles qui réalisent des produits "normés AFNOR", mais aussi de micro-ateliers présents sur le territoire. Par ailleurs, ceux qui auraient les compétences en couture pour réaliser des masques peuvent rejoindre l'initiative des couturières solidaires (voir le formulaire ici). La métropole se charge alors de fournir les matières premières (tissu, fil, élastique) pour la fabrication de ces masques qui auront vocation à grossir les stocks distribués. Un patron est également fourni (voir ici).

Quelle efficacité pour ces masques en tissu ?

Ces masques ne sont pas des dispositifs médicaux, ils n'ont pas vocation à servir à ceux qui sont au contact régulier des malades. Lors de son allocution, le président Emmanuel Macron a fait allusion à ce type de modèle, souvent en tissu, sous le nom de "masques grand public". Dans la prépublication d'une étude sur la question des masques (voir ici), les modèles en tissu sont présentés comme une possible alternative aux modèles chirurgicaux en cas de tension pour l'approvisionnement.

Leur première utilité n'est pas de protéger les porteurs du virus, mais d'éviter que les personnes "masquées" propagent le virus aux autres, qu'elles soient symptomatiques ou asymptomatiques. Les masques en tissu sont ainsi présentés comme permettant d'éviter la projection de gouttes / postillons vers les autres, qui doivent accompagner "la distanciation sociale", "l'hygiène" (se laver les mains), et le suivi des populations en retraçant d'éventuels contacts avec des personnes malades (via une application par exemple). Bref, il s'agit avant tout d'un geste barrière supplémentaire, mais pas une solution qui peut régler les problèmes à elle seule. 

à lire également
vélos
Le Réseau Action Climat publie ce jeudi 10 septembre un sondage fait dans les métropoles de Lyon, Paris et Aix-Marseille-Provence, pour évaluer la réception des nouveaux aménagements urbains mis en place pendant la crise sanitaire. D'après les résultats, c'est un succès.
2 commentaires
  1. JANUS - 14 avril 2020

    On n'avait pas besoins de masques….mais c'était avant !

  2. Jol - 14 avril 2020

    Bienvenu quand je vois même avant le Covid
    des gsns eternuer ou tousser sur les autres sans se poser de questions ni s'excuser (dans le bus par exemple)
    ce sera au moins une mesure éducative

    le port du masque sera sans doute mieux dejà de ce point de vue

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut