Marie, finaliste au concours Elite : "Miss France, c'est trop kitsch"

Chaque année, elles sont des centaines à vouloir embrasser la même carrière que le mannequin Gisele Bündchen. À l'occasion du concours Elite Model Look, Marie finaliste d’origine lyonnaise de 17 ans, répond à nos questions.

Lyon Capitale : Comment avez-vous été repérée par Elite ?

Marie : Totalement par hasard ! En fait, l'année dernière, une amie m'a demandée de l'accompagner. Je suis arrivée dans les trente dernières. Et cette année, c'est Élite qui m'a contacté pour y participer.

Rêviez-vous de devenir mannequin ?

Pas du tout, je n'y avais jamais songé. J’ai envie de travailler dans le monde de la mode, mais plus du côté des commerciaux.

Sur la photo qui illustre cet article, vous affichez un air vraiment triste, tendance déprimée : rassurez-nous, tout va bien ?

(Rires). C'est vrai et je ne l'aime pas trop. Après ça dépend des photographes et de leurs consignes. Je n'aurai pas la prétention de dire que je suis belle mais je me sens bien dans ma peau. Rassurez-vous, tout va donc bien.

Que pensent vos parents de ce concours ?

Mes parents sont contents pour moi, ils me soutiennent et me laissent aller où je veux, tout en m'encadrant. Après, je sais que mes études passent avant.

Le bac reste donc votre objectif principal ?

Je suis actuellement en première ES et effectivement je pense au BAC d'abord. Après on verra... Donc tant mieux si je suis prise, tant pis si je ne le suis pas. C'est vrai qu'il y aura toujours un peu de déception mais il y a des filles qui rêvent d'être mannequin depuis toute petite et ne vivent que pour ça. Je pense à mes études avant tout.

Est-ce qu'un jour pour pourriez participer à Miss France ?

Non pas du tout, c'est trop kitsch. Elite est plus intéressant. Être mannequin grâce à cette agence fait davantage rêver.

à lire également
Gabriela Ortiz, la créatrice de la marque Leonor Roversi © Tim Douet
Ses valeurs : la multiculturalité et l’égalité homme-femme. Ses armes : un sens aiguisé du commerce et un dynamisme à toute épreuve. Gabriela Ortiz, à la tête de la toute jeune griffe de prêt-à-porter Leonor Roversi, compte bien conquérir le cœur, et l’esprit, des Lyonnais.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut