Lyon : volte-face de la nouvelle majorité municipale sur les projets immobiliers du LOU Rugby

Dans l’opposition lors du mandat précédent, les écologistes et leurs alliés faisaient régulièrement part de leurs réserves sur les projets immobiliers du Lou à Gerland. Aux manettes depuis un an, ils les accompagnent et justifient ce revirement par la continuité de l’action publique.

C’est une délibération qui aurait presque pu passer inaperçue lors du conseil municipal de Lyon de ce jeudi. La collectivité était amenée à statuer sur la possibilité, pour le Lou Rugby, de vendre une partie de ses terrains situés autour du stade de Gerland à un opérateur qui entend réaliser un centre de santé sur cette parcelle. Le dossier en tant que tel n’a pas fait polémique dans une séance pourtant émaillée de nombreuses passes d’armes, anniversaire de la conquête du pouvoir par les écologistes oblige, mais l’opposition de droite n’a pas manqué l’occasion de souligner le revirement de la nouvelle majorité sur ce dossier.

Lors du mandat précédent, sous la présidence de Gérard Collomb, la collectivité avait en effet adopté une poignée de délibérations autour du bail emphytéotique du Lou à Gerland pour les 60 ans à venir. En compensation des travaux entrepris pour rénover l’ancien stade de l’OL, le club de rugby et son actionnaire Olivier Ginon (GL Events) s’étaient vus octroyer la possibilité de réaliser plusieurs opérations immobilières aux abords de l’enceinte. Les Verts par l’intermédiaire d’Étienne Tête mais aussi Nathalie Perrin-Gilbert s’opposaient à l’époque au projet avec des mots durs.

 

“Contrat léonin”

L’alternance politique à la Ville de Lyon n’a pas modifié les projets d’Olivier Ginon à Gerland. Les écologistes ont validé sans ciller la délibération qui va permettre au Lou Rugby de céder un peu plus de 2 000 m2 sur les quelque 25 000 m2 de droits à construire que leur a accordé la ville de Lyon en 2016. “Ce n’est pas un contrat léonin comme nous avions pu l’entendre. Je m’attendais à ce que des membres de votre majorité s’expriment sur ce dossier contre lequel ils votaient contre ou s’abstenaient. Nous saluons votre pouvoir de persuasion”, s’est amusée Laurence Croizier, conseillère municipale du groupe LR.

Nathalie Perrin-Gilbert "persiste et signe"

Visée sans être nommément citée, Nathalie Perrin-Gilbert qui évoquaient un contrat léonin lors du mandat précédent a tenu à justifier son abstention et celle des élus de son groupe Lyon en commun sur cette délibération : “nous continuons de penser que la Ville de Lyon n’a pas défendu ses intérêts sur le quartier de Gerland. Nous héritons d’une dette sur certains dossiers dont il est difficile de sortir. Oui des erreurs lourdes ont été menées par le passé et quand cherchons à en sortir vous nous critiquez sur les coûts de sortie. Je persiste et signe à dire que le maire précédent a défendu des intérêts privés plus que ceux de la collectivité”. L’adjointe à la culture paraphrase un rapport de la Chambre régionale des comptes consacré au déménagement du Lou à Gerland qui avait souligné que “la ville a peu protégé ses propres intérêts financiers”. Les socialistes se sont aussi abstenus sur cette délibération.

 

Continuité

Ce dossier, comme celui de l'Arena de l’OL à Décines-Charpieu, plonge les écologistes et leurs alliés dans l’embarras.“Le contrat entre la ville et le Lou était trop bien ficelé pour que nous puissions revenir dessus”, peste une adjointe lyonnaise. C’est donc au nom de la continuité de l’action municipale que les écologistes ont adopté la délibération. “Il n’y a pas eu beaucoup de discussions dans la mesure où le bail leur accorde des droits à construire. Les choses sont bien lancées et il est difficile de revenir en arrière. Nous ne sommes plus dans le même timing qu’en 2016 où l’on pouvait proposer une alternative. Partant de principe, nous serons dans un état de négociation permanente avec le Lou pour avoir des équipements intéressants pour la collectivité sur ces terrains comme ce centre de santé”, souligne Patrick Odiard, coprésident du groupe EELV au conseil municipal.

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut