Journée de la fille
Journée mondiale de la fille Pexels

Lyon : une journée mondiale ce mardi pour dénoncer le mal-être des adolescentes

Hypersexualisation, mal-être, tentative de suicide, déshumanisation... le 10e anniversaire de la journée mondiale de la fille se déroule ce mardi 11 octobre pour sensibiliser sur ces questions.

À l'occasion du 10e anniversaire de la journée internationale de la fille ce mardi 11 octobre, l'association Regards de femmes, créée en 1998, replace la fille au coeur des enjeux sociaux auxquels elle est confrontée au quotidien. Un mal-être des adolescentes dans la société illustré par quelques chiffres partagés par l'association. En 2021, celle-ci a constaté une hausse de 50% des tentatives de suicide chez les filles, contre 10 % chez les garçons. L'association lyonnaise s'interroge également sur les causes du changement de sexe chez les filles, puisque "75 % des personnes qui transitionnent sont des filles", souligne-t-elle.

Les réseaux sociaux, symbole de jugement du corps féminin

Interrogée par Lyon Capitale, Michèle Vianès, la présidente de Regards de femmes, estime que les causes du mal-être des adolescentes sont dues à plusieurs phénomènes sociaux. L'un d'eux serait notamment l'hypersexualisation du corps de la femme sur les réseaux sociaux, "les filles qui suivent les influenceuses sur les réseaux sociaux vont se sentir complexées", explique Michèle Vianès.


"On veut montrer que les filles sont fortes et qu'elles peuvent développer des capacités et des aptitudes dans pleins de domaines", Michèle Vianès, présidente de l'association Regards de femmes


Si le corps de la femme est tant hypersexualisé, c'est bien parce qu'il est "conforté par la pornographie". Michèle Vianès dénonce ainsi la sur-présence de la pornographie à l'école, qui stimule "la déshumanisation des filles et de la construction de la masculinité et de la violence sexuelle masculine". Pour elles, ces éléments seraient un signe d'angoisse chez certaines filles qui chercheraient alors à "changer de sexe peut-être parce que c'est plus facile à vivre dans le corps d'un homme, pour ne plus subir les violences de la société", déclare-t-elle. D'après elle, l'orientation professionnelle peut également exercer une charge mentale chez les filles, notamment dans le milieu du sport.

Lire aussi : "Il n’y a pas de relativisme culturel, les droits universels sont pour tout le monde" (Michèle Vianès)

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut