Lyon : un carré Hermès inédit en série limitée pour l'école Espérance Banlieues

Un partenariat original a vu le jour entre l'école Espérance Banlieues et la marque Hermès.

Quatre élèves, ambassadeurs du Cours La Passerelle à Pierre-Bénite, ont récemment pu visiter la toute nouvelle boutique Hermès de la rue du Président Edouard Herriot (Lyon 2e) - en travaux depuis plusieurs mois.

La Holding Textile Hermès, filière intégrée du groupe Hermès, et l'école Espérance Banlieues qui soutient les élèves des banlieues en décrochage scolaire et lutte contre les tensions communautaires, sont toutes les deux situées à Pierre-Bénite.

Depuis l'ouverture, en 2016, de l'école dans un quartier prioritaire de la ville, le groupe Hermès soutient son développement via un partenariat à long terme.

C'est à 500 mètres à vol d'oiseau de l'école que sont réalisées les impressions sur table lyonnaise pour les accessoires haute de gamme, le prêt-à-porter, la bagagerie ou l'ameublement de la marque quasi bicentenaire labellisée "Entreprise du patrimoine vivant"*. Dont les fameux carrés Hermès.

* marque de reconnaissance de l’Etat qui distingue les entreprises françaises aux savoir-faire artisanaux et industriels d’excellence).

Ce "partenariat d’excellence" s’illustre avec la réalisation d’un carré "Jaguar quetzal" réalisé par l’artiste anglaise Alice Shirley. Ce carré d’exception a été imprimée en série limitée de 300 exemplaires et tous les bénéfices seront reversés à Espérance Banlieues.

"La vente de ce carré s’inscrit dans une collaboration plus large, explique la direction de l'école. Pour valoriser l’excellence à la française, des visites des ateliers de la Holding Textile Hermès permettront aux élèves de découvrir les métiers de la filière textile. Des collaborateurs viendront également encadrer des ateliers de fabrication d’objets avec les élèves pour faire grandir l’estime de soi par le travail manuel. Ce partenariat rassemble Hermès et Espérance banlieues autour de valeurs communes : l’artisanat, la transmission, l’exigence et l’attachement à la culture française."

Lire : Pierre-Bénite : l’école buissonnière façon Espérance Banlieues.

à lire également
3 commentaires
  1. JANUS - mar 2 Mar 21 à 9 h 28

    Il faut bien chercher le fric là où il est encore !

  2. Guillaume Lamy - mar 2 Mar 21 à 9 h 42

    @Janus : L'idée de proposer un carré Hermès dont les bénéfices des ventes seront reversés à l'école Espérance Banlieues vient du directeur de la Holding Textile Hermès.

    1. JANUS - mar 2 Mar 21 à 10 h 45

      C'est bien ça !

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut