Pollution Lyon lever jour © Tim
© Tim Douet

Lyon : quelles sont les causes de la pollution actuelle ?

Météo, chauffage, trafic routier, les causes qui ont favorisé cet épisode de pollution sont multiples. Un cocktail qui fait suffoquer les Lyonnais depuis le début de l’année avec pas moins de 5 épisodes de pollution en 2019. 

Un épisode de pollution aux particules fines est en cours depuis ce lundi à Lyon. Le 5e de l'année 2019. Contacté par Lyon Capitale, Atmo Auvergne-Rhône-Alpes explique que cet épisode de particules fines est majoritairement lié “aux chauffages et au trafic routier”. Difficile de définir exactement les proportions des sources d'émission de ces particules fines, mais en période hivernale, le chauffage représente au moins les deux tiers et le trafic le reste. “On a aussi le début des épandages agricoles qui commencent à participer à ces épisodes”, ajoute Atmo.

Cet épisode de pollution est aussi favorisé par les conditions météorologiques actuelles. “L'anticyclone fait que les masses d'airs sont stables et ne permettent pas une dispersion des polluants. De plus, les nuits sont froides donc les gens chauffent et en journée l'inversion des températures laisse les polluants au sol”, précise Atmo. Des conditions météorologiques qui pourraient changer à partir de jeudi selon les prévisions et donc favoriser la dispersion des polluants.

à lire également
Le retour de la circulation différenciée à Lyon semble inéluctable. Après les pics de pollution à l'ozone cet été, place à ceux aux particules fines. Si vous n'avez pas encore de vignette Crit'Air, il est peut-être temps de la commander. 
4 commentaires
  1. Abolition_de_la_monnaie - 26 février 2019

    "Difficile de définir exactement les proportions des sources d'émission "
    .
    Qu'importe, c'est le pétrole qui est majoritairement derrière ces deux sources de pollution.
    Maintenant, applaudissons Gérard Collomb et ses équipes de ne pas avoir obligé à construire aux normes passives toutes les nouvelles habitations et locaux, depuis presque 2 décennies.
    .
    Idem pour la concentration d'activité qu'il a organisée sur Lyon pour récupérer les taxes, et qui engendre des déplacements pendulaires totalement inutile (mais obligé pour et par le fric).
    .
    Quant à espérer que le vent déplace la pollution que l'on produit, chez les voisins... quelle honte.

  2. Galapiat - 26 février 2019

    difficile de faire pire en terme de circulation ;concentration de poids lourds, VL en provenance et à destination de toute l'Europe, d'en faire passer une partie dans un tunnel en centre ville, de refuser le COL (pas touche à l'Ouest et à ses nantis, ) qui aurait éloignés une partie du trafic;;après vous pouvez taxer les petits diesels en oubliant l'aviation , les usines chimiques, et continuer d'agrandir vos centres commerciaux pour ramener un peu plus de PL de livraison, de VL de chalands. ET surtout étonnez vous ça fera progresser le schmilblick..

  3. fabienne.marguiller - 26 février 2019

    L'article ne parle que de Lyon ! Pourtant notre périmètre du Plan de Protection de l'Atmosphère est celui de l'ensemble du bassin Lyon et le Nord-Isère.

  4. Galapiat - 26 février 2019

    pour évacuer toute cette pollution , faute de vent , il suffit de rassembler les faiseurs de promesses, les prédicateurs en tout genre, ceux qui brassent beaucoup d'air pas trop quand même, du vent pas la tempête.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut