Cours d’Herbouville

Lyon : pourquoi des arbres sont-ils abattus cours d’Herbouville ?

L’abattage de 27 platanes a déjà commencé sur le cours d’Herbouville dans le 4e arrondissement. Pour quelles raisons ces arbres sont-ils coupés ? 

Sur le cours d’Herbouville, dans le 4e arrondissement de Lyon, au sud du pont Winston Churchill, un chantier d’abattage de 27 platanes a commencé le 11 mars. La moitié des arbres présents sur ce qui était anciennement un parking seront coupés. Le but de la métropole de Lyon qui pilote ce chantier est de replanter des chênes, et de permettre à certains platanes encore en bonne santé de se développer correctement.

En effet, la condition sanitaire de ces arbres a amené la métropole de Lyon à procéder à cet abattage qui peut paraître étonnant dans un contexte où les métropoles misent sur la végétalisation pour faire face au réchauffement climatique. Cependant, plusieurs facteurs ont entraîné des conditions peu favorables pour ces platanes, à l'image de l’évolution urbaine dans les années 60 ou l’élagage à la tronçonneuse à la même période. De plus, la qualité de l’air, la pollution ambiante et l’environnement ont contribué à rendre les arbres plus fragiles.

Un projet de voie verte

Suite à ce chantier, un projet de voie verte verra le jour (lire ici). La plantation de chênes prévue pour l’hiver prochain et la conservation des platanes en bonne santé s’inscrivent dans cet objectif de rénovation du cours d’Herbouville. D’ici une dizaine de  jours, la circulation devrait reprendre normalement et la voie bloquée par les travaux sera de nouveau utilisable en direction du nord. À noter que le quai Sarrail, au niveau de la place Maréchal Lyautey, sera aussi sujet à l’abattage de 29 platanes à partir du 18 mars et cela pour une durée d’une dizaine de jours. Cette fois-ci, c’est en raison d’une maladie, le chancre coloré, un champignon qui affecte les platanes à cet endroit.

à lire également
La mairie de Lyon a organisé ce jeudi 21 mars les “Rendez-vous du Patrimoine“ sur la thématique du végétal. Citoyens, politiques et experts étaient invités. Retour sur une journée de discussion.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut