Écran publicitaire numérique

Lyon : Plein la Vue demande le retrait d'un panneau publicitaire numérique

Le collectif Plein la Vue demande à la métropole de Lyon le retrait immédiat du panneau publicitaire numérique installé sur les berges du Rhône.

Un panneau publicitaire numérique a été installé sur les berges du Rhône à côté de la station Vélo'v près du pont de la Guillotière. Le collectif Plein la Vue souhaite le “retrait immédiat” de ce dispositif alors que le règlement local de publicité intercommunal n'a pas encore été adopté par la Métropole de Lyon. “L’autorisation de ces écrans n’a pas encore été actée”, assure le collectif.

Soit la collectivité a donné son autorisation pour ce type de dispositif et c’est proprement scandaleux soit JCDecaux se permet d’installer son écran en toute illégalité. Alors que les élus de la Métropole n’ont toujours pas tranché sur l’autorisation de ce type de dispositifs dans nos rues et que les citoyens ont manifesté à plusieurs reprises leur opposition, cet annonceur bafoue le débat public en cours et impose cet écran. Nous demandons son retrait et des explications de la part de la collectivité ainsi que de JCDecaux. Les publicitaires nous ont habitués à ce genre de pratiques : d’abord des expérimentations illégales ou “provisoires” afin de nous habituer à leurs dispositifs puis une normalisation afin d’obtenir leur autorisation. Ces pratiques doivent cesser, la décision politique doit primer et nous espérons que ça permettra d’ouvrir les yeux aux élus sur la voracité des groupes comme JCDecaux”, a déclaré Benjamin Badouard, président de Plein la Vue.

Des panneaux dont l'arrivée était à l’origine prévue dans le contrat passé avec JCDecaux pour l'installation de Vélo'v à assistance électrique. La métropole a aussi le choix de payer le service, autour de 1,2 million d'euros hors-taxes par an, plutôt que d’autoriser ces publicités numériques (lire ici). Selon Plein la Vue : “ les risques inhérents aux écrans publicitaires rejoignent ceux des écrans en général, accentués ces dernières années par la multiplication des smartphones et tablettes dans notre environnement quotidien”.

à lire également
La préfecture a décidé d'abaisser les vitesses maximales autorisées dans la métropole de Lyon mais n'a pas choisi d'instaurer la circulation différenciée pour cause de Fête des lumières et de mouvements sociaux. 
d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut