Lyon : les soldes avancées après le mouvement des Gilets jaunes ?

Le président de la Confédération des commerçants de France a proposé d'avancer des quelques jours les soldes d'hiver 2019 pour compenser le manque à gagner des commerçants engendré par la crise des Gilets jaunes. Un changement de date qui ne changerait pas grand-chose selon les commerçants lyonnais.

Et si les soldes commençaient plus tôt en 2019 ? C'est ce qu'a proposé Francis Palombi, le président de la Confédération des commerçants de France, pour compenser les pertes provoquées par le mouvement des Gilets jaunes. “Je constate une perte sérieuse sur le mois de décembre pour les indépendants, de -20 % à -25 %. Pour éviter une rupture de chiffre d'affaires qui se rajouterait à la perte déjà enregistrée, il faudrait avancer au week-end des 3, 4 et 5 janvier le début des soldes d'hiver 2018”, a-t-il déclaré sur Europe 1. Pour le moment, les soldes d'hiver débuteront le 9 janvier prochain. À Lyon, cette proposition ne semble pas trouver grâce aux yeux des commerçants. “Il y a des textes réglementaires, on ne peut pas le faire comme ça. Les enseignes peuvent déjà faire des opérations commerciales. Les soldes c'est autre chose, c'est de la vente à perte avec des conditions bien particulières”, tempère Patrice Iochem, le directeur du management de l’association Lyon 7 Rive Gauche, l’association des commerçants du 7e arrondissement. Même constat pour Clément Chevalier de Tendance presqu'île : “Ça ne change pas grand-chose, surtout sachant que la dynamique des soldes s'est un peu atténuée ces dernières années. Il était même plutôt question de réduire leur durée”. En effet le gouvernement réfléchit à une diminution à quatre semaines de la période de solde qui en dure actuellement six.

Une crise des gilets jaunes aux impacts différents

Un même constat pour des commerçants impactés de façon différente selon les zones commerciales. Dans le 7e arrondissement, l’association Lyon 7 Rive Gauche n'a pas vu de gros changements. “Sur le 7e, la clientèle vient surtout de l’arrondissement. Donc chez nous, les commerçants ne sont pas impactés comme on le dit. Le plus bloqué a été le groupe Intermarché qui a eu un problème de livraison”, confie Patrice Iochem. À Neuville-sur-Saône, les résultats sont même plutôt meilleurs que les années passées. “Les gens ont consommé en bas de chez eux. Je ne sais pas si c'est dû au mouvement des Gilets jaunes, mais ça s’inscrit dans une année 2018 qui a été bonne”, se félicite Anne Piaguet, manager de centre-ville de Neuville-sur-Saône. Sur la Presqu'île, le constat est tout autre. “Bien sûr il y a eu une baisse, regrette Clément Chevalier. Les samedis où il y a eu le mouvement, des Gilets jaunes des commerçants ont dû fermer plus tôt parce qu'il y avait une appréhension”. Selon les différents retours, cette baisse est significative. De l'ordre de -30 % à –50 % les samedis de manifestation. “La sécurisation de la fête des Lumières n'a pas aidé non plus”, ajoute le directeur de Tendance presqu'île.

Ouvrir les dimanches ? “Pas vraiment une solution”

Pour pallier la baisse des chiffres d'affaires, le préfet du Rhône a pris un arrêté avant Noël afin d'autoriser plusieurs dimanches d'ouverture des magasins en janvier. Un geste surtout dirigé vers les grandes enseignes selon les associations de commerçants lyonnaises. “Les petits commerçants ont déjà beaucoup donné le dimanche avant Noël, indique Clément Chevalier. Donc pour les grandes chaînes c'est faisable, mais plus compliqué pour les petits”. “Dans le 7e, tous les commerçants n'utilisent déjà pas les dimanches disponibles”, abonde Patrice Iochem. Pareil à Neuville-sur-Saône. “Les dimanches, il faut payer double les salariés, les faire récupérer. Ça coûte vraiment cher. C'est plus rentable de rester fermé qu’ouvert. Ici, la majorité des magasins n’ouvre pas les dimanches de solde. Que ce soit hiver ou en été.

Pour favoriser les déplacements des clients, plusieurs associations ont demandé la gratuité des transports et des stationnements durant certains jours de solde. Une proposition qui selon nos informations ne devrait pas voir le jour. Les soldes se termineront le mardi 19 février 2019.

à lire également
Les deux journées d'expérimentation de piétonnisation en semaine à Lyon auront permis de livrer un constat implacable : à l'inverse des samedis, ce mercredi et jeudi, les piétons n'étaient pas les bienvenus au milieu de la route. Les conducteurs n'ont pas lâché leur domaine.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut