David Kimelfeld président de la métropole de Lyon © Tim Douet

Lyon : les enfarineurs de Kimelfeld symboliquement condamnés

Ils attaquaient le président de la métropole à la farine, en février dernier. Jugés ce vendredi, les deux enfarineurs ont écopé de 1 000 euros d’amende avec sursis.

L’idée de débloquer un budget de 1,8 millions d’euros pour surveiller les bâtiments vides de la métropole afin d’éviter les squats ne laissait pas tout le monde indifférent. En février dernier, alors qu’il se rendait à une conférence à la maison de l’environnement, dans le 7e arrondissement, David Kimelfeld recevait sur la figure de la farine, lancée par deux opposants. Ces derniers ont été entendus au tribunal correctionnel le 20 septembre dernier, et plaidaient la relaxe alors que le parquet réclamait un mois de prison avec sursis pour violences aggravées sur personne dépositaire de l’autorité.

Une troisième audience se tenait ce vendredi, et les faits des deux prévenus ont été requalifiés en "outrage". Le parquet a de nouveau demandé de la prison avec sursis, et la défense a persisté dans la relaxe selon Le Progrès. De son côté, la partie civile a réclamé un euro symbolique. Les opposants au projet de vidéosurveillance ont en fin de compte écopé de 1 000 euros d’amende avec sursis.

à lire également
David Kimelfeld et Gérard Collomb, à la finale du Bocuse d’Or 2019 © Maxime Jegat / PhotoPQR MaxPPP
La bataille politique que se livrent David Kimelfeld et Gérard Collomb met numériquement en danger les majorités à la ville de Lyon et à la métropole. Si les deux camps assurent que les engagements de mandat seront respectés jusqu’au bout, la création ce mardi d’un groupe par les pro-Kimelfeld a renforcé le spectre d’une possible scission de la majorité municipale.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut