©Maison des ventes de Baecque & associés
©Maison des ventes de Baecque & associés

Lyon : le chapeau de Napoléon a fait un "très bon score" aux enchères

Ce lundi, le bicorne de Napoléon a été vendu 350 000 €, frais compris, aux enchères à la maison des ventes de Baecque. Un "très bon score" selon le commissaire-priseur Étienne de Baecque.

L'heureux propriétaire du chapeau de l'Empereur est désormais un collectionneur européen passionné de reconstitution historique. "La mise à prix était de 40 000 €. Le bien s'est vendu aux marteaux à 280 000 €. En comptant les frais, l'acheteur a, au final, du débourser à 350 000 €, explique Étienne de Baecque, commissaire-priseur de la vente, c'est un très bon score étant donné l'état du bicorne." Il affirme qu'ils ont reçu beaucoup de demandes en particulier du monde anglo-saxon puisque "Napoléon est un personnage mythique dans le monde entier".

En 2014, un autre chapeau napoléonien s'était vendu, à Fontainebleau, pour un montant de 1,8 million d'euros, frais compris. "Le dernier chapeau avait beaucoup plus de valeur que ce dernier puisqu'il a appartenu à la famille princière de Monaco. Il était aussi en bien meilleur état que celui vendu ce lundi." Selon le commissaire-priseur, l'atout principal du bicorne est la boîte l'Exposition internationale de Bruxelles de 1897 avec laquelle il était vendu. Elle "appuie son authenticité" et "apporte du crédit à sa provenance", estime-t-il.

à lire également
Le commissaire priseur Jean-Claude Anaf, pendant une vente aux enchères de voitures à Saint-Priest, en 2004 © Laurent Thévenot / MaxPPP
Jean-Claude Anaf était connu dans le milieu des enchères pour avoir été à la tête du plus grand hôtel des ventes de province. Le tribunal correctionnel de Lyon l’a condamné, fin janvier, à quinze mois de prison avec sursis et 250 000 euros d’amende pour avoir financé des dépenses personnelles sur les comptes de sa société. Avec, en toile de fond, un enchevêtrement de réseaux d’influence locaux, notamment francs-maçons, de pratiques singulières et d’entre-soi. Le tout sur le dos des entreprises en liquidation judiciaire.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut