Rue des Augustins (1er)

Lyon, l’assaut du moche (en images)

Plots multicolores au milieu de la chaussée, bacs à compost marronnasses, potagers bios et jardinières au pied des arbres, friches "tiers-lieux", trous dans les trottoirs... L’espace public est devenu, à bien des égards, incompréhensible.

Il faut sortir de son silence pour s’indigner de la laideur qui menace Lyon au quotidien. En 2014, dans son petit livre Ouvrons les yeux ! La nouvelle bataille du patrimoine (HC Éditions), Jack Lang, ancien ministre de la Culture, se désolait du paradoxe français selon lequel, d’un côté, on fait tout pour sauvegarder notre patrimoine historique, de l’autre, on renonce au beau au quotidien. "Faire du beau le seul pré carré des artistes et des musées est une grave erreur, qui n’est sans doute pas étrangère à la construction de cette France à deux vitesses avec d’une part des monuments muséifiés et d’autre part un patrimoine du quotidien sans ambition esthétique."

Esthétique "zadiste"

C’est l’idée du mouvement #saccagelyon, né en avril dernier dans la foulée de #saccageparis. Certes, le nombre d’abonnés est encore infinitésimal mais le hashtag commence à fleurir.
Car la ville de Lyon se dégrade. Poteaux scotchés, bornes électriques rafistolées à la va-vite avec des bouts de ruban adhésif, fils électriques qui pendouillent ici et là, marquages au sol sur la chaussée, tags innombrables, aménagements urbains controversés, esthétique "zadiste" de certains pans de quartiers...
"Plus que jamais, le beau doit être au centre de nos préoccupations", disait Jack Lang. Des goûts et des couleurs on ne discute pas, aurait pu rétorquer Beaumarchais. Chacun jugera, mais force est de constater que l’espace public est devenu, à certains égards, incompréhensible.

Rue des Augustins (1er)
Rue de l’Abbé-Rozier (1er)
La doyenne des vespasiennes de Lyon, quai Pierre-Scize (9e)
Rue Romarin (1er)
Grande-Rue-de-la-Guillotière (7e)
“Le Port de l'Occident”, quai Maréchal-Joffre (2e), abandonné
Fontaine place Carnot (2e)
Passage piétons reliant la place Carnot au cours Verdun (2e)
Centre d'échanges autoroutier de Perrache, côté Rhône (2e)
Quai Claude-Bernard (7e)
Panneaux de signalisation, à la Fosse aux Ours, Guillotière (7e)

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut