Lyon : la SNCF dévoile une fresque de 412 mètres de long (timelapse vidéo)

En partenariat avec l’École nationale supérieure des Beaux-Arts de Lyon, SNCF Réseau a réalisé une œuvre monumentale aux portes de Lyon : la fresque "PK514" retrace en couleur l’histoire du réseau ferroviaire sur 412 mètres de long.

Manon Vargas, artiste diplômée de l’Ensba Lyon en 2015, a relevé un défi de taille : retracer l’histoire du réseau ferroviaire et ses nombreuses mutations à travers une fresque aux couleurs de la SNCF, sur un mur de plus de 400 m, séparant le Technicentre ferroviaire de Lyon et le quartier du 8e arrondissement. La fresque PK514, nom provenant du point kilométrique situé en son centre, offre aux usagers empruntant les lignes Paris/Marseille ou Lyon/Grenoble un paysage historique.

"Une rencontre des cultures"

Le mur séparant le technicentre TGV et le quartier du 8e arrondissement a été choisi pour accueillir une œuvre monumentale, retraçant l’histoire de SNCF Réseau. Pour Thomas Allary, directeur régional Auvergne-Rhône-Alpes SNCF Réseau, ce fut un véritable challenge d’accepter ce projet, car il était difficile "d’adapter les idées au support, qui est peu classique". Mais cette difficulté n’a pas stoppé SNCF Réseau dans sa volonté d’offrir aux milliers de voyageurs qui sortent et rentrent de Lyon, "quelque chose de beau".

Estelle Pagès, directrice de l’École nationale supérieure des Beaux-arts de Lyon avec qui la SNCF a réalisé le projet, explique l’histoire de la peinture apparait souvent "comme de l’incompréhension aux yeux des gens", avant d’ajouter que sa volonté était de " parler à des gens qui n’ont pas les codes de lecture nécessaires". Ce partenariat avec SNCF Réseau fait partie des beaux moments de l’École des beaux-arts de Lyon : "c’est une rencontre des cultures" explique Estelle Pagès. Une rencontre avec une culture spécifique, celle de la riche histoire de la SNCF, de ses mutations qui ont bordé les 19e et 20e siècles. La fresque PK514 est forte de signification, illustrant la rupture que fut la locomotive dans l’histoire de la représentation du paysage.

Illustrer le patrimoine des gares

Ce qui est d’autant plus fort, c’est que la fresque est née d’une "forte envie d’art", celle des cheminots. Manon Vargas, l’artiste à qui l’on doit ce gigantesque projet, parle d’une œuvre touchante. "C’est fort en émotion, car les cheminots c’est des personnes dans l’ombre, qui font des choses formidables pour assurer la sécurité et le confort des usagers, donc j’ai eu ce besoin de les mettre en avant", explique-t-elle. Détaillant chaque étape du projet, Manon Vargas parle de son souhait d’utiliser à tout prix la charte graphique de la SNCF pour rendre l’œuvre plus puissante. C’est dans cette continuité que l’artiste a également choisi de représenter les objets symboliques des gares lyonnaises (à l’image du célèbre double escalier de la Part Dieu et des détails mosaïques du sol de la gare Saint Paul). Finalement, la caractéristique première de la fresque PK514 c’est d’être un lieu illustrant le patrimoine des gares : "prendre un train c’est un truc qu’on a en commun, on en a des souvenirs, et quand on prend le train et qu’on est face à cette œuvre on peut revivre ces souvenirs", explique Marie de Brugerolle, historienne de l’art et professeure à l’Ensba Lyon.

Le devenir professionnel des jeunes comme enjeu

Si le projet de la fresque PK514 a été porté par l’École des beaux-arts de Lyon, c’est parce qu’il se posait la question du devenir professionnel des jeunes artistes. Estelle Pagès explique qu’elle se posait la question de "l’après-école", et que la réalisation de cette œuvre était un "excellent contexte pour que les jeunes développent leur expression artistique". SNCF Réseau a rendu cela possible, en sélectionnant au sein de l’Ensba Lyon des artistes talentueux, qui ont pu présenter leur maquette (Manon Vargas ayant remporté le concours). "C’était l’occasion pour eux de se confronter au réel, d’apprendre à dialoguer avec un commanditaire, à s’entendre, s’accorder", explique Marie de Brugerolle. Ce sont plus de 80 000 voyageurs par jour qui verront cette œuvre.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut