Palais-Justice5© Fanny Mokas 2
© Fanny Mokas

Lyon : la justice arrive au bout de son enquête dans la mort d’Axelle Dorier

Près d’un an après la mort d’Axelle Dorier, une jeune femme de 22 ans décédée après avoir été traînée par une voiture sur 800 mètres, dans la nuit du 18 au 19 juillet 2020, sur la colline de Fourvière, la justice a terminé son travail d’enquête. Le juge d’instruction a fait parvenir aux avocats du dossier un avis de fin d’information. 

Tout juste un an après la mort d’Axelle Dorier, une jeune aide-soignante de 22 ans qui avait perdu la vie après avoir été traînée par une voiture sur 800 mètres, à deux pas de la basilique de Fourvière dans le 5e arrondissement de Lyon, la justice arrive au bout de son enquête. Le juge d’instruction a transmis aux avocats des deux parties un avis de fin d’information. 

À compter de la réception de ce courrier, les avocats du dossier ont quinze jours pour demander à la justice d’examiner de nouveaux actes. Au terme de quoi, sans nouvelles exigences des deux parties, le dossier sera confié au procureur de la République afin de lui permettre de prononcer ses réquisitions contre les deux suspects, le conducteur de la voiture qui avait entraîné à la mort d’Axelle Dorier et son passager. Celui-ci déterminera s’ils doivent comparaître devant les assises, le tribunal correctionnel ou si un non-lieu est prononcé. 

La partie civile demande un procès devant les assises

Dans les colonnes du Progrès, l’avocat de l’homme qui était derrière le volant ce soir là, maître Metaxas, confiait qu’il allait demander un passage "devant le tribunal correctionnel pour homicide involontaire". La partie civile, elle, veut un procès devant la cour d’assises, "comment peut-on affirmer ne pas savoir qu’il a le corps de quelqu’un sous ses roues ?" déclarait ainsi maître Versini à nos confrères.

Depuis un an, cette affaire a déjà connu plusieurs étapes très médiatisées, le drame ayant ému Lyon et la France en juillet 2020. En avril dernier, la justice et les forces de l’ordre avaient notamment organisé une reconstitution du drame, survenu dans la nuit de 18 au 19 juillet 2020. Essentielle pour établir le dossier d’instruction, celle-ci s’était déroulée en présence des deux suspects. 

Le principal accusé, le conducteur de la Golf, qui est mis en examen depuis un an pour "violences volontaires avec arme ayant entraîné la mort sans intention de la donner", est actuellement incarcéré à la prison de Lyon-Corbas dans l’attente du procès. Ses deux demandes de remise en liberté ont été rejetées par la justice. 

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut