Rhônexpress sur son quai de départ à la Part-Dieu © Tim Douet
Rhônexpress sur son quai de départ à la Part-Dieu © Tim Douet

Lyon : la fréquentation du Rhônexpress repart de l’avant 

Depuis quelques semaines, la fréquentation du Rhônexpress, qui permet de rallier l’aéroport Lyon Saint-Exupéry, augmente. "2 000 voyageurs" emprunteraient quotidiennement la navette selon le Sytral. 

Durement touché par la crise sanitaire, en raison de la baisse du trafic aérien et ferroviaire, le Rhônexpress commence à sortir la tête de l’eau. Selon un communiqué du Sytral publié ce lundi 12 juillet, "2 000 voyageurs" emprunteraient quotidiennement la navette qui mène à l’aéroport Lyon Saint-Éxupéry. Une fréquentation en hausse depuis quelques semaines, mais qui reste encore bien loin des 4 380 passagers enregistrés chaque jour en 2019. 

Outre la "reprise de l’activité aérienne et ferroviaire", qui peut expliquer cette croissance, le syndicat mixte des transports pour le Rhône et l’agglomération lyonnaise, qui gère désormais ce tramway lyonnais, estime qu’il faut également y voir là une conséquence de sa nouvelle politique tarifaire et "d’une offre forte, rotations toutes les 20 minutes, 7 jours sur 7". 

Une baisse des tarifs

L’organisme rappelle ainsi que "depuis le mois d’octobre 2020, la politique tarifaire du Rhônexpress a évolué pour devenir plus accessible, avec notamment la baisse de plus de 50 % des tarifs destinés aux 5 650 salariés de la plateforme aéroportuaire, dont le titre est ainsi proposé à 5€, mais également des réductions tarifaires ciblées pour les jeunes et les voyageurs en possession d’un billet SNCF au départ ou à destination de la gare TGV de Lyon Saint-Exupéry, qui bénéficient désormais d’un tarif préférentiel de 10€ par trajet et de 19€ l’aller/retour". 

Selon le président du Sytral, Bruno Bernard, qui se réjouit de cette reprise de la fréquentation, ces "réductions tarifaires visent à encourager l’utilisation des transports publics en offrant une solution de déplacement efficace, économiquement avantageuse et une réelle alternative à la voiture individuelle".

Lire aussi : 30 millions d’euros pour solder l’épineux dossier Rhônexpress à Lyon

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut