Grand stade Parc OL
©Tim Douet

Lyon : l'OL menace ses supporters de procès et s'offre un effet Streisand

Est-ce le début du "clowngate", l'affaire du clown ? Après la publication d'un montage photo de son entraîneur grimé en clown, dans un communiqué, l'Olympique lyonnais menace de poursuivre ceux qui porteraient atteinte à l'image du club. Problème, ce message vient de donner une ampleur et une caisse de résonance plus large aux éléments que le club voulait voir disparaître.

Depuis deux jours, des montages photo montrant l'entraîneur de l'Olympique lyonnais, Rudi Garcia, circulent sur les réseaux sociaux. Certains internautes qui publiaient les images se sont retrouvés bloqués par le club de football sur Twitter, ce qui a donné une première accélération au phénomène.

Ce mercredi, l'Olympique lyonnais a publié un communiqué indiquant : "le club déposera désormais plainte à raison de tous les contenus, postés ou partagés sur ses réseaux sociaux, susceptibles d'être constitutifs d'injure, de diffamation, de menace, de harcèlement ou encore d'incitation à la haine ou la violence. Il est de notre devoir de nous mobiliser pour lutter contre les discours de discrimination et de haine, en ligne comme sur les terrains. L’OL saura prendre ses responsabilités en ce sens". Immédiatement, de nombreux messages avec l'entraîneur grimé en clown ont été postés à la suite.

Un "effet Streisand" pour l'OL

Avec son communiqué, l'Olympique lyonnais a donné une caisse de résonance au phénomène qu'il voulait éteindre, c'est ce qu'on appelle "l'effet Streisand". Dans les années 2000, l'actrice et chanteuse avait poursuivi un photographe qui avait pris une vue aérienne de sa maison, dans le cadre d'une étude sur l'érosion du littoral. Cette photo qui aurait eu une audience très restreinte en temps normal s'est retrouvée largement diffusée. Le constat est aujourd'hui proche pour l'Olympique lyonnais, qui peut cependant compter sur un effet "positif". Pendant que le "clowngate" est mis en avant, les performances de l'équipe passent au second plan.

à lire également
L’entrée de l’hôpital de la Croix-Rousse, à Lyon © Tim Douet
L'agence régionale de santé vient de publier son bilan des personnes hospitalisées à cause du coronavirus COVID-19 à Lyon et en Auvergne-Rhône-Alpes. Si ces chiffres n'indiquent qu'une tendance de l'épidémie, il montre une évolution qui reste stable. 
Faire défiler vers le haut