Grégory Doucet et Sylvain Godinot au garage du service Logistique et Festivités (DLGF) dans le 8e arrondissement de Lyon.

Lyon : Grégory Doucet accélère la transition écologique des véhicules municipaux polluants

Ce jeudi 17 juin, le maire de Lyon et son adjoint délégué à la transition écologique ont présenté, depuis le garage du service Logistique et Festivités (DLGF) dans le 8e arrondissement de Lyon, leur plan concernant les véhicules municipaux. Grégory Doucet et Sylvain Godinot ont dévoilé la "politique vertueuse" de la ville visant à réduire "la diésélisation de son parc" : 15 millions d'euros investis pour remplacer 166 véhicules polluants.

En ce matin de juin à Lyon, les températures dépassent déjà les 25 degrés à 8h30. Le maire de Lyon, présent ce jeudi sur le site du garage municipal pour présenter le "plan de renouvellement inédit de 15 millions d'euros pour le parc municipal", se réfugie à l'ombre. Il évoque l'alerte canicule, puis le pic de pollution actuel concernant la ville, pour en venir à la conclusion suivante : "Y-a-t-il encore besoin de faire la démonstration du réchauffement climatique ?"

Réduire la "diésélisation" du parc de la Ville

Grégory Doucet souligne ainsi que Lyon est "l'une des villes les plus touchées par ce phénomène". Afin d'agir sur la qualité de l'air, il explique qu'il est impératif de "réduire le niveau de dioxyde d'azote dans l'air", qui représente l'une des causes principales de la pollution à l'ozone. Pour ce faire, "il faut sortir progressivement du diesel", estime le maire écologiste.

Grégory Doucet et Sylvain Godinot, le 17 juin.

Cette sortie progressive du diesel, envisagée à l'horizon 2026, passe notamment par le "renouvellement de la flotte des véhicules techniques de la ville", annonce Sylvain Godinot. "Si l'on demande aux lyonnais de remplacer leur véhicule diesel, il faut que l'on commence par le faire nous-même de notre côté, c'est évident", reconnaît-il.

L'adjoint au maire précise alors que, depuis début 2021, "21 nouveaux camions-outils fonctionnant au gaz naturel de ville (GNV) ont été mis en service, pour remplacer des véhicules diesel plus polluants".

Même si ces véhicules "représentent un sur-investissement important", les gains écologiques et économiques ne sont pas négligeables sur le long terme. "Avec un plein à 35€, vous pouvez parcourir 300 km" explique Patrick Nowicki, responsable du service garage. Ce dernier évoque malgré tout un manque de fiabilité de l'ordre de 20 à 30 % pour ce type de véhicules.

Un budget de 15 millions d'euros pour remplacer 166 véhicules polluants

À l'horizon 2026, 15 millions d'euros seront ainsi déboursés afin de remplacer les 166 véhicules utilitaires polluants qui composent le parc de la Ville. "La Ville s'engage à remplacer plus d'une trentaine de matériels et de véhicules par an, au lieu d'une dizaine précédemment", promet Sylvain Godinot.

En parallèle, la Ville mise aussi sur l'électrique : 41 vélos à assistance électrique ont récemment été achetés, ainsi que 2 vélos-cargos qui disposent d'une autonomie de plus de 50 km. 

Des policiers municipaux étaient présents sur place lors de la présentation du parc à vélos de la Ville.

Patrick Nowicki annonce également que la Ville de Lyon dispose depuis 2013 de plusieurs véhicules électriques Renault Zoé, qui participent aussi activement à l'objectif de réduction des gaz à effet de serre.

Voitures Renault Zoé de la ville de Lyon

Cette "politique d'achats vertueuse" s'inscrit aussi dans le cadre de l'extension en 2020 de la zone à faibles émissions (ZFE) par la Métropole, qui permet d'exclure les véhicules les plus polluants et les plus anciens à circuler dans un périmètre défini. 

Ce renouvellement des véhicules municipaux s'accompagnera également à la rentrée prochaine par des annonces concernant la rénovation énergétique des bâtiments de la ville de Lyon.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut