Lyon expérimente les scooters en libre-service

Concurrent de la Bluely sur le service de location de voitures en libre-service, Lyon Parc Auto passe aux scooters électriques, avec 10 engins disponibles dans trois parkings lyonnais.

Entre le Vélo'v et l'Autolib, le scooter électrique en libre-service va tenter de se faire une place sur les artères lyonnaises. Le service a été lancé par Lyon Parc Auto (LPA), pour une première phase d'expérimentation jusqu'à la fin de l'année. Un nouveau moyen de transport doux, non polluant et non bruyant, avec lequel l'entreprise qui gère déjà les 100 voitures de son service Autolib CitizLPA pourrait concurrencer la Bluely de Bolloré.

Ramener le scooter à la borne de location

Pour l'heure, le parc de véhicules est peu étendu. Seuls 10 scooters sont mis à disposition. D'une cylindrée de 50 cc, ils peuvent être retirés dans un des trois parcs de stationnement LPA suivant : halles Paul-Bocuse, Part-Dieu, Terreaux.

Inconvénient : du fait du faible nombre de stations, le scooter devra être ramené par l'usager à l'endroit où il l'a loué. Disposant d'une autonomie de 50 kilomètres, les deux-roues sont prévus pour des petits trajets urbains, dans le périmètre de la métropole.

Pour les Lyonnais séduits par le principe, il faudra débourser 30 euros d'abonnement pour accéder au service et 6 euros supplémentaires par heure de location.

L'inscription se fait en ligne. Pour la valider, il faut avoir plus de 20 ans et présenter une attestation de réussite du BSR (brevet de sécurité routière) pour les personnes nées après 1988.

À lire aussi : Navette autonome à la Confluence, marketing ou vraie révolution ?
à lire également
Interview - Lors d'une réunion de la commission générale du Sytral sur la rupture du contrat Rhônexpress, le maire de Lyon, Gérard Collomb a une nouvelle fois plaidé pour une médiation. Le président de la métropole David Kimelfeld, qui souhaite la fin de la concession, a aujourd'hui le sentiment que certains "cherchent à gagner du temps".
Faire défiler vers le haut