Lyon, étape du "tour de France de la sécurité" de Hortefeux

Le ministre de l'Intérieur était, jeudi soir, place Bellecour pour une vaste opération de com'. Objectif : faire chuter la délinquance.

15 minutes. Il aura fallu quinze petites minutes, jeudi soir, pour transformer la rue de la Barre (2e), principale voie d'accès à Bellecour, en place forte lyonnaise. Sur la voie des bus, une trentaine de voitures banalisées d'où s'extirpaient gaillards en cuir et hommes en costume, arborant tous brassards rouge au bras. En face, une dizaine de fourgons de police au lieu et place des taxis. Et au milieu, des CRS avec lampes torches immobilisant les voitures pour une fouille complète. Pour le badaud lambda, cette débandade policière avait de quoi faire sursauter.

Que chacun se rassure, il ne s'agissait que d'une grosse opération de communication du ministère de l'Intérieur. Son patron, Brice Hortefeux, a en effet entamé à Lyon la première étape d'un "tour de France de la sécurité". Sous bonne escorte des forces de l'ordre, donc, mais aussi de la presse, trimballée en mini-bus.

Pourquoi Lyon ? Car les huit départements rhonalpins comptent parmi ceux qui ont obtenu les moins bons résultats en France en matière de sécurité, depuis le début de l'année, "de +1,57 % en Isère à près de +8 % dans la Loire". L'occasion pour Brice Hortefeux de s'entretenir avec les directeurs départementaux de la Sécurité publique, les commandants de groupements de gendarmerie et les préfets, réunis à Lyon.

"Je peux dire que j'ai bon espoir que la tendance à la hausse enregistrée depuis mars soit cassée dès le mois de septembre" a déclaré le ministre de l'Intérieur (les statistiques nationales mensuelles, portant d'octobre 2008 à septembre 2009, seront publiées le 12 octobre, ndlr). En tous cas, jeudi soir à Lyon, pendant une vingtaine de minutes, Brice Hortefeux a fait très forte impression auprès des passants qui ont certainement dû se croire en état de siège.

à lire également
Centre de protection urbaine de Lyon, 2011 © Tim Douet
Les débats philosophiques des décennies passées sur la vidéosurveillance semblent avoir laissé place à une approche dite “pragmatique”, mais surtout favorable à cette technologie. Même les communes traditionnellement contre, comme Villeurbanne, sautent le pas. Le dispositif permettrait d’apaiser la vie de la cité. Comme en témoigne le bilan de l’expérimentation des caméras-piétons par les policiers municipaux de Rillieux-la-Pape, plébiscitées.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut