©MAXPPP Lyon 7e, 28 août 2020. Braquage d’un fourgon Loomis rue Semard
Article payant

Lyon : dix ans après, le retour des braquages

La répétition, depuis quelques mois, d’attaques lourdement armées de fourgons interroge sur une possible nouvelle vague, après celle scélérate de 2010.

"Lyon est l’une des rares villes où il y a autant d’ateliers d’or et de métaux précieux. On pouvait donc légitimement s’attendre à ce que ça pète de nouveau." Si les récents braquages commis à Lyon et dans sa première couronne ont rappelé la population au bon souvenir de 2010 et de sa spectaculaire série d’attaques à main armée de bijouteries lyonnaises, ce fin connaisseur du grand banditisme ne semble pas avoir été plus surpris que ça.

Le dernier braquage de fourgon a eu lieu lors de la livraison chez un grossiste en bijouterie. Il remonte au 26 mars, le jour même où on apprenait le décès du cinéaste lyonnais Bertrand Tavernier – dont les quatre malfaiteurs n’ont probablement pas entendu parler, plus biberonnés à Heat de Michael Mann qu’à L.627 ou Dans la brume électrique. Ce vendredi, aux alentours de 9 h, un fourgon blanc banalisé s’arrête sur une place réservée "transport de fond" (sic) à l’angle de la rue Thomassin et de la rue de la République. Deux convoyeurs sortent du véhicule et déchargent plusieurs colis. Avant même d’entrer par la porte blindée menant en étage chez Cookson-CLAL, revendiqué fournisseur n° 1 des bijoutiers en France, quatre braqueurs armés de kalachnikovs surgissent d’une Clio RS noire et mettent en joue les deux convoyeurs. Quelques minutes plus tard, la voiture repart en trombe, chargée d’un butin estimé à 275 000 euros, selon le parquet de Lyon. Rapidement pris en chasse, les malfaiteurs entament une course poursuite avec la police qui perdra leur trace à Villeurbanne. Le véhicule des braqueurs sera retrouvé, incendié, en bordure du périphérique, à Bron.

Il vous reste 67 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut