Photo prise par un habitant, dans la rue Chalopin (Lyon 7e).

Lyon : dégradations d'interphones, portes et vitrines au silicone à la Guillotière

Interphones, portes, vitrines ou encore boîtes aux lettres ont été dégradés au silicone dans le quartier de la Guillotière, à Lyon. Un appel à témoin a été lancé par les habitants pour retrouver les auteurs.

Sur une trentaine de mètres, rue Chalopin, dans le quartier de la Guillotière (Lyon 7e), un nouveau genre de dégradations a débarqué. Un maître mot pour les auteurs : silicone. Au petit matin, le 28 avril dernier, les habitants ont découvert, stupéfaits, leurs portes et boîtes aux lettres scellées au silicone. Les interphones et digicodes, devenus inutilisables, ont été recouverts de différents silicones, orange et blanc, comme étalés à la spatule. Du côté des commerçants, même combat. Une palette en bois a été fixée au silicone sur la devanture des locaux de "Tendance immobilier conseils", rue Chalopin.

Local de l'agence "Tendance Immobilier Conseils", rue Chalopin (Lyon 7e). Photo prise par un habitant.

"Une plaisanterie qui risque de coûter cher et de durer longtemps" pour Nathalie Balmat, présidente du Collectif "La Guillotière en colère". En 2019, certains habitants de la Guillotière, excédés, décident de créer ce collectif. Aujourd'hui, l'heure est au ras-le-bol. "C'est affligeant. On a jamais vu ça nulle part ailleurs. La Guillotière est le lieu de toutes les nouveautés et de tous les débordements", regrette la présidente.

Dégradations au silicone, rue Chalopin (Lyon 7e). Photo prise par un habitant.

Et après? Les propriétaires vont devoir contacter leurs syndicats et leurs assurances pour espérer obtenir des réparations. Certains habitants ont décidé de porter plainte. Pour l'heure, le collectif a lancé un appel à témoins sur Twitter et espère que certaines personnes pourront aider à y voir plus clair dans cette affaire de silicone.

Mais, aucune caméra de surveillance n'est positionnée dans la rue Chalopin, réputée pour être assez tranquille. "On remarque que les enquêtes des agents de police avancent beaucoup plus vite à d'autres endroits de la Guillotière, dotés de caméras", note Nathalie Balmat, qui doute que les coupables soient retrouvés.

 

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut