Lyon : Carlino en cours d’expulsion, désolation à la mythique pizzeria

Sur les réseaux sociaux, c’est la consternation. La mythique pizzeria Carlino est en cours d’expulsion depuis ce lundi matin. Cela fait suite à une procédure d’expulsion prononcée par la justice lyonnaise début juin.

C’est une institution lyonnaise. Une pizzeria mythique du 1er arrondissement, en plein centre-ville, à quelques pas de l’Hôtel de Ville et de l’Opéra. Carlino, installé au cœur de la Presqu’île depuis 1965, connue et fréquentée par tant et tant de lyonnais, est en cours d’expulsion depuis ce lundi matin. Une procédure d’expulsion avait été prononcée par la justice lyonnaise début juin.

"Ils nous ont tout pris, regrette Nathalie Carlino. Je dois appeler mes salariés pour leur dire qu’ils sont au chômage. C'est l'oeuvre d'une vie qui est ruinée alors qu'on est dans notre droit". "Les policiers sont venus très nombreux. Vous comprenez, on doit être des délinquants", soupire, dépitée, Madame Carlino.

Le loyer a explosé ces dernières années

Depuis 2017, la pizzeria est en proie à de grosses difficultés financières. Elle ne pouvait plus faire face au bond du nouveau loyer imposé. En quelques années, avec le rachat du local commercial par un fond d’investissement, la pizzeria a vu son loyer multiplié par 4 ou 5. Lyon Capitale a d’ailleurs, début juin, consacré un article à la douloureuse situation des commerçants de certaines artères de la Presqu’île.

Carlino a tout tenté. En appel devant la justice. En lançant des pétitions, par Nathalie Carlino, pour dire "non à la hausse exponentielle des loyers", "non aux inégalités entre commerces indépendants et grandes chaînes". Mais rien n’a pu être sauvé.

"C'est l'abattement" Nathalie Carlino

Nathalie Perrin-Gilbert, la maire du 1er arrondissement de Lyon, a réagi sur Facebook, qualifiant de "scandaleuse" l’expulsion de la pizzeria. "La maire du 1er m’a dit qu’elle allait faire tout ce qu’elle pouvait pour nous aider", ajoute Madame Carlino, qui ne veut pas perdre espoir : "c’est difficile de se projeter. On est début août. Beaucoup de monde est en vacances. Aujourd’hui, c’est l’abattement. On va voir quelles suites on peut donner".

Sur les réseaux sociaux, nombre d’internautes se sont élevés contre cette expulsion. La rue de l’Arbre Sec a perdu l’une de ses institutions ce lundi.

Lire aussi : Carlino, pizzeria mythique de Lyon sacrifiée sur l'autel de la spéculation

Les commentaires sont fermés

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut