Université Lumière Lyon 2, quai Claude-Bernard © Google Street View
Université Lumière Lyon 2, quai Claude-Bernard © Google Street View

Lyon 2 : les examens auront bien lieu

Malgré la contestation étudiante, les examens de l'Université Lyon 2 se dérouleront comme prévu à partir de lundi prochain. Les forces de l'ordre seront mobilisées à l’extérieur des campus de Bron et des quais, pour éviter les débordements, et des personnels assureront des barrages filtrants à l'entrée.

Avec la mobilisation contre la loi ORE, le blocage de l'université il y a deux semaines, puis, enfin, sa fermeture ce lundi, la tenue des examens à Lyon 2 était loin d'être assurée. La présidence a finalement annoncé aujourd'hui que les partiels commenceraient bien ce lundi et se poursuivraient jusqu'au 25 mai. Ce lundi, les étudiants et personnels mobilisés contre la réforme craignaient que ces épreuves ne se déroulent sous une présence policière.

Les forces de l'ordre seront bien présentes, mais seulement à l'extérieur du campus assure-t-on du côté de l'université, afin d'éviter tout débordement. Seules les épreuves du mercredi 16 seront repoussées à la semaine suivante, les effectifs ne permettant pas aux forces de l'ordre d'assurer la sécurité aux abords des campus de Bron et des quais en ce jour de finale de coupe d'Europe de football au Parc OL.

Contrairement à ce qui a été décidé dans d'autres universités de France, comme par exemple à Nancy, les forces de l'ordre n'effectueront pas de contrôle d'identité et les lieux d'examen ne seront pas changés. Des barrages filtrants seront en revanche mis en place par les personnels de l'université qui vérifieront uniquement les cartes d'étudiants et la convocation à l'examen. "L'idée c'est que les examens puissent se dérouler, et qu'ils se passent bien. Et surtout pas dans une ambiance sécuritaire", affirme la direction de la communication de Lyon 2.

à lire également
CGT drapeau
Les fédérations CGT Cheminots et Mines Energie organisent une journée d'action militante vendredi 27 juillet. Une délégation syndicale espère être reçue par la Direccte Rhône-Alpes pour dénoncer une "entrave au droit de grève".
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut