Vue de Lyon – Au centre, le toit de l’opéra dessiné par Jean Nouvel © Tim Douet

L’Opéra de Lyon demande la levée de l’occupation de son établissement

Depuis plusieurs semaines, de nombreuses salles de spectacle en France, dont l’Opéra de Lyon, sont occupées pour demander la réouverture des espaces culturels, fermés depuis le 10 octobre. Mercredi 12 mai, les directeurs de plusieurs institutions françaises ont appelé les occupants à libérer les lieux. 

Alors que la réouverture des lieux culturels le 19 mai est désormais " acquise ", les directeurs de quatre théâtres publics français, dont Serge Dorny pour l’Opéra de Lyon, appellent à " lever l’occupation " de leurs établissements. " Nous, directeurs et directrices de théâtres publics occupés, souhaitons rouvrir nos lieux, redonner aux artistes la possibilité d’exercer leur art, et aux spectateurs et spectatrices celle de nourrir leur vie d’autre chose que de leur vie familiale, professionnelle, ou parfois de leur solitude ", écrivent dans un communiqué commun les représentants de l’Opéra de Lyon, de l’Odéon-Théâtre de l’Europe à Paris, de La Criée Théâtre national de Marseille et du Théâtre national de Nice. 


" La culture risque désormais d’être sacrifiée par ceux mêmes qui défendaient à nos côtés son caractère essentiel. " Les directeurs de quatre théâtres français


La crainte d’une prolongation de l’occupation

Depuis deux mois, les sites de ces institutions culturelles, à l’instar de dizaines d’autres en France, sont occupés afin de demander la réouverture des espaces culturels français. Toutefois, et alors que la réouverture des sites culturels a été annoncée par le gouvernement, " les occupants de nos lieux annoncent vouloir poursuivre leur lutte " et " la culture risque désormais d’être sacrifiée par ceux mêmes qui défendaient à nos côtés son caractère essentiel ", alertent les directeurs des quatre institutions. Ils ajoutent par ailleurs que " les annonces du gouvernement, même si elles ne répondent pas à toutes les revendications, montrent que le dialogue existe et que des solutions sont recherchées pour prendre en compte les effets de la crise ".

Aussi demandent-ils " aux occupants, notamment à la CGT qui est à l’origine du mouvement, de faire preuve de responsabilité et d’appeler à la levée des occupations en poursuivant le mouvement social par d’autres moyens que le blocage des lieux ".

Lire aussi : Occupation de lieux culturels : après le TNP de Villeurbanne, l'Opéra de Lyon aussi occupé

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut