Logo PS dégradé

Les socialights

Février 2016, la boîte à claques vient de s’ouvrir, le Parti socialiste français va imploser en plein vol. Mais si ! Nous allons tous assister à la fin d’une imposture, d’une posture, et avouons que c’est mérité…

La France a toujours été un pays conservateur, disons de droite, perpétuellement estomaqué que nos ancêtres communs aient pu inventer la révolution de 1789 puis les Droits de l’homme – une de nos rares créations exportées avec succès, malencontreusement sans manuel technique ni guide de prise en main rapide…

La gauche de l’après-guerre, éparpillée en multiples chapelles, se déchirait comme à son habitude lorsqu’un beau jour de 1971 Mitterrand a fait main basse sur le Parti socialiste par un tour de passe-passe digne d’un coup de bonneteau, un soir à Barbès. Les dinosaures se neutralisant, l’écharpe de premier secrétaire se trouvait sous le troisième gobelet. François lançait ainsi sa conquête revancharde du pouvoir en inventant le socialisme light, à l’époque où les publicitaires sortaient le Canada Dry – ça en avait la couleur…

Depuis ce funeste congrès d’Épinay, l’utilisation du mot “socialiste” devenait une imposture, tout comme l’invention de ce bipartisme de façade que l’on subit encore aujourd’hui. It’s a fake, wake up, the dream is over…

Témoins d'une crise mondiale et inhumaine qui grignote peu à peu leur électorat populaire, certains élus (socialistes mais trop tard) vont remettre en cause la légitimité de l’équipe au pouvoir, genre “autant mourir nos armes à la main”… Ça promet du 49-3 à tire-larigot et la fin d'une candidature Hollande et du slogan “Moi président de la République”.

Le socialiste qui va le remplacer va se faire exploser aux prochaines présidentielles comme les gauches à nouveau éparpillées, et face au FN nous trouverons un candidat qui aura les oreilles de Bayrou, le nez de Juppé, l’œil de Macron et le costume d’Alain Minc…

En clair, rien ne changera, mais nous serons débarrassés pour de bon des socialights et de cette foutaise qui dure depuis un demi-siècle et qui a grandement participé à la mise en place du “spectacle” annoncé par le situationnisme.

Bonne chance.

à lire également
Hôtel de ville de Lyon © Eliot Lucas
TRIBUNE LIBRE – “Il est temps de sortir de l’idée qu’il n’y a que deux rôles possibles dans la démocratie locale, celui d’électeur et celui d’élu. (…) Il y a place pour des citoyens entreprenants, acteurs de la vitalité locale”, assure Hervé Chaygneaud-Dupuy, qui prône un “contrat de gouvernement local” donnant “toute sa place à cette forme d’engagement”.
Faire défiler vers le haut