Semaine-des-Pensions-de-Famille-©Christophe-Pouget.jpg
« En région Auvergne-Rhône-Alpes, on a 110 pensions de famille qui représentent à peu près 2.300 logements avec un objectif de développement dans les prochaines années » indique Arnaud de Broca ©Christophe-Pouget.jpg

Les pensions de famille : un logement pour sortir de l'isolement (vidéo)

Arnaud de Broca est délégué général de l'UNAFO. Il était connecté au plateau de l'émission "6 Minutes Chrono" de Lyon Capitale pour présenter la semaine nationale des pensions de famille, en Auvergne Rhône-Alpes, du 27 mai au 2 juin.

Arnaud de Broca débute en expliquant ce que sont les pensions de famille : "c'est d'abord du logement pour des personnes qui ont souvent des parcours compliqués, parfois qui sortent de la rue, des personnes isolées, et contrairement au nom, les pensions de famille ne logent pas des familles, mais logent bien des personnes isolées, mais qui vont retrouver dans ce lieu, dans ce cadre, un esprit familial puisqu'ils vont retrouver des logements, mais il y a aussi des espaces collectifs, une vie collective animée par ce qu'on appelle des hôtes de pensions de famille et qui permettent de sortir de l'isolement toutes les personnes qui y habitent."

Lire aussi : Logement social : "L'impact du livret A est colossal" (video)

Dans le détail, "ce sont des petites structures qui ont entre 20 et 25 logements maximum, alors oui, c'est des immeubles en règle générale, même si la forme peut dépendre ou le nombre d'étages ou la disposition dépend évidemment du foncier et du lieu. Ce qu'il faut retenir, c'est que c'est un nombre réduit de logements, 20-25 habituellement, ce qui permet justement de recréer un peu cette dynamique, je dirais, familiale, même s'il n'y a pas d'obligation d'être en famille et de vivre en permanence ensemble, mais en tout cas, il y a des hôtes qui créent cette dynamique, ce lien entre les résidents, il y a des espaces collectifs qui sont très importants dans les pensions de famille, donc salons, cuisines, etc."

Le programme de la Semaine nationale des pensions de famille :

Mardi 28 mai à Villeurbanne : Brunch et présentation des créations des résidents, 115 Cours Emile Zola – Organisé par Fondation Aralis

Mercredi 29 mai à Lyon : Inauguration de la fresque réalisée avec les résidents et l'artiste Alexis Rapet, 68 rue Sebastien Gryphe – Organisé par Foyer Notre-Dame des Sans-abri

Mercredi 29 mai à La Mulatière : Médiation animal à la pension de famille La Mulatière, 40 Quai Jean-Jacques Rousseau – Organisé par Fondation Aralis

Mercredi 29 mai à Ceyrat : Après-midi porte ouverte au sein de la résidence accueil de la Croix Marine, 17 avenue de la Chataigneraie – Organisé par l’association Croix Marine

Jeudi 30 mai à Viriat : Jeux Alfa 2024 au sein de la résidence accueil Joseph Wresinski, 250 route de Marboz – Organisé par Alfa3a en partenariat avec le DAHLIR

Jeudi 30 mai à Chabreloche : Portes ouvertes de la pension de famille de Charbreloche, La croix du Poyet, 69 rue des Sureaux – Organisé par UDAF du Puy-de-Dôme

Jeudi 30 mai à Annecy : Projection du film « Dehors-Dedans » et échanges avec l’équipe au Cinéma La Turbine, 3 Rue des Tisserands (La Turbine - Centre Culturel Annecy) – Organisé par l’Association AATES

(Le programme complet ICI)

Lire aussi : Logement social : les nouvelles stratégies des bailleurs lyonnais

Plus de détails dans la vidéo sur l'impact de la crise du logement et le nombre de personnes concernées par les pensions de famille...


Bonjour à tous, bienvenue dans l'émission 6 minutes chrono, le rendez-vous quotidien de la rédaction de Lyon Capitale. Aujourd'hui, on va parler de solidarité et de logement à l'occasion de la quatrième édition de la semaine nationale des pensions de famille en Auvergne Rhône-Alpes. Alors pour en parler, nous sommes connectés avec Arnaud de Broca qui est délégué général de l'UNAFO et co-organisateur de l'événement avec plusieurs autres acteurs, la fondation de l'abbé Pierre, Solila, Habitat et Humanisme et bien d'autres, je ne les cite pas tous. Merci d'être connectés avec nous, on va rentrer dans le vif du sujet. Est-ce que dans un premier temps, pouvez-vous -  car tout le monde ne connaît pas, nous définir ce que c'est qu'une pension de famille, et leur raison d'être aussi ? 

Bonjour à tous, alors les pensions de famille, c'est d'abord du logement pour des personnes qui ont souvent des parcours compliqués, parfois qui sortent de la rue, des personnes isolées, et contrairement au nom, les pensions de famille ne logent pas des familles, mais logent bien des personnes isolées, mais qui vont retrouver dans ce lieu, dans ce cadre, un esprit familial puisqu'ils vont retrouver des logements, mais il y a aussi des espaces collectifs, une vie collective animée par ce qu'on appelle des hôtes de pensions de famille et qui permettent de sortir de l'isolement toutes les personnes qui y habitent. 
  

Alors concrètement, est-ce que vous pouvez nous dire un petit peu à quoi ça ressemble ? Voilà, c'est un immeuble ? Combien sont les personnes qui sont logées aussi ? Il y en a des centaines ou c'est plutôt des petits groupes, juste pour qu'on puisse avoir un peu, comprendre concrètement, qu'est-ce que c'est qu'une pension de famille ? 
  

Alors ce sont des petites structures qui ont entre 20 et 25 logements maximum, alors oui, c'est des immeubles en règle générale, même si la forme peut dépendre ou le nombre d'étages ou la disposition dépend évidemment du foncier et du lieu. Ce qu'il faut retenir, c'est que c'est un nombre réduit de logements, 20-25 habituellement, ce qui permet justement de recréer un peu cette dynamique, je dirais, familiale, même s'il n'y a pas d'obligation d'être en famille et de vivre en permanence ensemble, mais en tout cas, il y a des hôtes qui créent cette dynamique, ce lien entre les résidents, il y a des espaces collectifs qui sont très importants dans les pensions de famille, donc salons, cuisines, etc. Idéalement aussi, mais bon, ce n'est pas évident, possible partout, naturellement, il y a un aussi un jardin qui permet aussi aux résidents, évidemment, de sortir, mais aussi d'avoir des activités autour d'un potager, autour d'animaux, etc. Et donc, il y a vraiment cette dimension-là de vie collective qui est importante dans les pensions de famille. 
  

Ce sont des petites communautés avec de l'entraide, de la solidarité. Ça concerne combien de personnes à peu près en France ? Et j'ai la même question pour la région Auvergne-Rhône-Alpes où se tient la semaine nationale des pensions de famille. Sur ces deux échelles, quel est le nombre de personnes concernées ? 
  

En France, ça concerne à peu près 25.000 personnes.Ce qui est à la fois pas énorme, mais c'est un dispositif qui est en fort développement. En tout cas, il y a une volonté de l'État de les développer. C'est 25.000 personnes sur à peu près 1000 pensions de famille, puisque comme je l'ai dit tout à l'heure, on a à peu près 25 personnes par pension de famille. En région Auvergne-Rhône-Alpes, on a 110 pensions de famille qui représentent à peu près 2.300 logements avec un objectif de développement dans les prochaines années. Donc, c'est un dispositif qui est, par rapport aux besoins en termes de logement, qui reste finalement assez réduit, mais qui répond à de vraies problématiques. Et c'est pour ça qu'il y a un fort enjeu de développement.  

Justement, ces dernières années ont été marquées par la crise du logement, par l'inflation aussi. Les bailleurs sociaux peinent à construire et s'appuient sur la promotion privée, qui eux-mêmes aujourd'hui ont des difficultés. Quel a été l'impact de ces différentes crises sur les pensions de famille ? Est-ce que vous l'avez ressenti d'une manière particulière ou pas peut-être d'ailleurs ? 
  

Les impacts sont multiples. Il y a déjà un premier impact qui est que c'est plus compliqué de produire des pensions de famille parce que les pensions de famille sont souvent rattachées à des bailleurs HLM. Il y a une difficulté de toute manière pour produire du logement quel qu'il soit, du logement social, très social. Les pensions de famille sont quand même du logement très social, vu les publics logés. Donc, on a des difficultés à en produire, donc à répondre aux besoins des personnes, puisque les besoins sont extrêmement importants. Donc, il y a cette première difficulté. Après, c'est vrai que l'inflation et d'autres sujets liés à la crise du logement rendent encore plus compliquée ou plus chère la production des pensions de famille. Ça, c'est pour, je dirais, l'aspect gestionnaire, production de pensions de famille. Et puis, évidemment, on voit que l'inflation touche, bien évidemment, les personnes qui sont logées aussi en pension de famille. Même si, alors, en pension de famille, j'ai oublié de le dire, les personnes payent ce qu'on appelle une redevance qui correspond au loyer et aux charges. Donc, elles doivent évidemment être en capacité de payer une redevance, même si elles sont solvabilisées par les aides au logement. Mais on voit bien que la situation des personnes logées est aussi compliquée. Les pensions de famille sont du logement dans lesquelles les personnes peuvent rester aussi longtemps qu'elles le souhaitent, il n'y a pas de délai. Elles peuvent rester toute leur vie. Certaines veulent sortir aussi des pensions de famille, à un moment donné, être plus dans du logement social. Et la crise du logement, vu qu'il n'y a pas assez de logements, fait que les personnes n'arrivent pas forcément non plus à sortir, à aller dans d'autres types de logements.  

Très bien. Ce sera le mot de la fin. C'est déjà la fin des 6 minutes chrono. C'est trop court. Mais merci en tout cas d'avoir été connecté avec nous et pour nous présenter dans les grandes lignes les pensions de famille. Chers téléspectateurs, vous pouvez retrouver plus de détails sur le site Lyon Capital avec le programme de la semaine nationale des pensions de famille qui se déroule entre autres à Lyon et dans plusieurs villes de la région. Et puis plus de détails sur l'actualité du logement et des bailleurs sociaux, toujours sur le site lyoncapitale.fr. Je vous remercie. A très bientôt. 
  

Laisser un commentaire

Suivez-nous
tiktok
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut