"Les candidats à la présidentielle vont devoir parler de la ruralité"

Vanik Berberian, le président de l'association des maires ruraux de France était à Lyon en mars dernier pour les "États généreux" de l'AMRF. Défenseur de la ruralité dans cette campagne présidentielle, il est revenu dans l'Autre Direct sur les besoins et le manque de considération de ces territoires souvent absents du débat public.

Les maires ruraux, très nombreux, ont activement été sollicités par les "petits" candidats durant la campagne d'obtention des parrainages pour la présidentielle. Pourtant, Vanik Berberian, le président de l'association des maires ruraux de France ne souhaite pas que le rôle de ces derniers ne se restreigne à cette simple tâche administrative. "Maintenant on attend la vision des candidats sur l’aménagement du territoire. Parce qu'après le parrainage, il y a le bulletin de vote et 23 millions de bulletins, ça compte. Donc ils seront obligés de parler de la ruralité avec notamment Jean Lassalle qui va amener ce thème dans la campagne", a-t-il confié dans l'Autre Direct

Aujourd'hui, la principale revendication de son association est l'accès plus égal de l'ensemble des territoires au haut débit : "Il n'est pas normal que mon voisin qui élève des vaches limousines soit obligé de monter sur la butte pour envoyer les numéros de la boucle qu'il vient de poser sur l'oreille de son veau. Si l’on veut de l'activité dans les territoires ruraux, il nous faut les outils de la vie d'aujourd'hui et donc le très haut débit. Parce que ça touche tous les domaines, la santé, l'éducation et l'activité économique."

Le maire de Gargilesse-Dampierre dans l’Indre souhaite aussi faire changer le regard des candidats à la présidentielle sur la ruralité. "Il faut arrêter de nous considérer comme des gens fatigués et à bout de souffle dans des territoires en désespérance. Espaces urbains et ruraux sont les deux parties d'un même ensemble", a-t-il conclu.

Retrouver l'intégralité de l'interview de Vanik Berberian dans la vidéo ci-dessous.

à lire également
Jean-Marie Girier (au premier plan) arrivant à l’Elysée avec Arnaud Leroy, Sibeth Ndiaye, Benjamin Griveaux, Richard Ferrand et Julien Denormandie, le 14 mai 2017 © Stéphane de Sakutin / AFP
Ce n’est finalement pas sur les ristournes d’Olivier Ginon à En Marche que la campagne présidentielle d’Emmanuel Macron se judiciarise, mais sur une affaire lyonnaise. L’opposition LR suspecte les collectivités présidées par Gérard Collomb d’avoir apporté un soutien illégal au futur président de la République pendant la campagne électorale. La justice veut désormais savoir si ces activités, exercées dans ce qui est habituellement un angle mort de la Commission des comptes de campagne et des magistrats, sont répréhensibles.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut