Assemblée nationale, juin 2017 © Tim Douet
© Tim Douet

Législatives à Lyon : les enjeux dans la 3e circonscription du Rhône, tout ce qu'il faut savoir

Lyon Capitale vous présente les enjeux des élections législatives dans chaque circonscription de Lyon et du Rhône. Décryptage dans la 3e circonscription du Rhône.

Les élections législatives ? 

Ces élections, prévues le dimanche 12 juin 2022 (1er tour) et le dimanche 19 juin (2e tour), permettent l'élection des 577 députés à l'Assemblée nationale. Elles sont capitales. Les députés votent notamment toutes les lois. La répartition des sièges de députés s'effectue par tranches de population, aussi appelées des circonscriptions (environ 100 000 - 125 000 habitants par circonscription).

Dans le Rhône, il y a 14 circonscriptions. Le Rhône envoie donc 14 députés à l'Assemblée nationale. Un seul député est élu par circonscription, celui qui arrive en tête au 2e tour.

La 3e circonscription du Rhône

C'est l'une des 4 circonscriptions lyonnaises.

Elle regroupe une partie du 3e arrondissement de Lyon, du 7e et du 8e arrondissement de Lyon.

Le territoire concerné représente environ 132 000 habitants.

La 3e circonscription de Lyon (zone rouge).
Elle couvre une partie du 3e, du 7e et du 8e arrondissement de Lyon.

Le député sortant

Jean-Louis Touraine (LREM)

Jean-Louis Touraine (LREM) 

En 2017, le député En Marche avait battu Pascal Le Brun de la France Insoumise au deuxième tour grâce à près de 60 % des suffrages exprimés (59,85 % pour Touraine contre 40,15 % pour Le Brun). En juin prochain, le député de 76 ans ne se représente pas aux élections législatives, lui qui a déjà été élu lors des trois derniers mandats. Après dix ans passés au sein du parti socialiste, le professeur de médecine et homme politique lyonnais a rejoint LREM en 2017 pour les cinq dernières années.

Les forces en présence en 2022 (en attente des alliances)

  • Sarah Peillon : référente départementale de LREM et assistante parlementaire du député sortant Jean-Louis Touraine, est fortement pressentie pour prendre la succession ;
  • Marie-Charlotte Garin : investie par EELV ;
  • Anais Belouassa : candidate de l'Union Populaire et membre de La France Insoumise ;
  • Béatrice de Montille : candidate officielle Les Républicains ;
  • Quentin Picard : ancien secrétaire fédéral à la coordination du PS du Rhône, il est aussi officiellement investi par le parti socialiste ;
  • Boris Miachon-Debard : membre et candidat du parti communiste, il a suspendu sa campagne pour rencontrer les autres candidats de gauche ;
  • Michel Dulac : investi par le RN ;
  • Christophe Geourjon : président de la fédération UDI Métropole de Lyon et candidat investi pour la 3e circonscription.

La date limite du dépôt des candidatures est fixée au vendredi 20 mai à 18 heures.

Les résultats des deux tours de la présidentielle 2022 dans la 3e circonscription

  1.  Mélenchon : 35,6 %
  2. Macron : 28,8 %
  3. Le Pen : 9 %
  4. Jadot : 8,2 %
  5. Zemmour : 6,5 %
  6. Pécresse : 4,5 %

Au second tour, c'est Emmanuel Macron qui s'est largement imposé face à Marine Le Pen avec 80,60 % des suffrages exprimés.

Pour en savoir plus, n'hésitez pas à jeter un oeil à notre carte interactive en bas de l'article.

L'enjeu 

Dans la classification des écologistes, la 3e circonscription est rangée dans celles qui pourraient être gagnées le 19 juin au soir du second tour des élections législatives. Tous les partis de gauche lorgnent sur une circonscription où le député sortant, Jean-Louis Touraine (LREM), ne se représente pas. Au premier tour de l’élection présidentielle, Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête (35,6%), loin devant Emmanuel Macron (28,9%). La gauche bénéficie aussi de réserves de voix des écologistes : 8,2% pour Yannick Jadot (EELV).

Sociologiquement, la partie nord du 7e est devenue un bastion pour la gauche. Les perspectives de victoire invitent d’ailleurs les différents partis à la concorde. Les candidats de la gauche plurielle ont prévu de se rencontrer même si leur sort se décidera à Paris. L’investiture balance entre les Insoumis (Anaïs Belouassa) et les écologistes (Marie-Charlotte Garin, poussée par Grégory Doucet et Bruno Bernard) et dépendra grandement de la couleur politique du candidat de la gauche unie dans la 2e circonscription, elle aussi gagnable.

Sarah Peillon, suppléante de Jean-Louis Touraine, devrait monter d’un cran et défendre les couleurs de la majorité présidentielle. En 2017, le second tour avait déjà opposé un candidat LREM à un candidat LFI. À droite, Béatrice de Montille, conseillère municipale LR, profitera de cette élection pour s’installer un peu plus dans le paysage politique lyonnais. L’état de la droite lyonnaise ne lui ouvre actuellement pas d’autres perspectives.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut