La salle du conseil de la métropole © Lyon Capitale

Le torchon continue de brûler entre de nombreux maires, mécontents, et la Métropole de Lyon

44 maires de la Métropole de Lyon, sur 59 communes en tout, signent une tribune "Métropole de Lyon : et si on arrêtait tout" en regrettant de ne pas être entendus par le président écologiste de la Métropole, Bruno Bernard, et son exécutif métropolitain.

Le torchon brûle depuis le début de l'été entre de nombreux maires de l'agglomération lyonnaise et la Métropole de Lyon. Notamment après la découverte des projets locaux retenus par la Métropole de Lyon dans leurs communes pour la PPI, le document qui recense les projets d’investissements que la Métropole va porter jusqu’en 2026.

Mécontents des financements alloués à leurs communes dans la programmation d’investissements de la Métropole de Lyon, de nombreux maires des 59 communes du Grand Lyon, principalement LR, se sentent méprisés par la Métropole de Lyon, dirigée depuis juillet 2020 par les écologistes. Ils menacent même de faire sécession, de quitter la mastodonte Métropole de Lyon aux multiples compétences.

Lyon Capitale avait traité longuement le sujet début juillet. Retrouvez notre décryptage ici.

Lire aussi : Des maires menacent de quitter la Métropole de Lyon

Dernier exemple en date, à Charly. Charly est une bourgade de 4500 âmes au sud de la Métropole de Lyon. La "Métro" a comme projet la création d'un cimetière métropolitain - le 3e métropolitain après Bron et Rillieux-la-Pape - sur la commune de Charly. Le maire est furieux. Retrouvez notre long article sur le sujet ici.

La tension ne retombe pas. Dans une tribune, signée notamment pat 44 maires de la Métropole de Lyon (sur 59 communes), les élus se posent de plus en plus de questions sur leur avenir dans la grande Métropole de Lyon. Une tribune titrée : "Métropole de Lyon : et si on arrêtait tout"

"Nous ne sommes pas entendus par Bruno Bernard et son exécutif métropolitain"

"La Métropole de Lyon, créée par la loi MAPTAM en 2015 et présentée comme « l’avant-garde de la métropolisation », constitue une réforme inadaptée et inopérante. Elle se révèle être un colosse aux pieds d’argile, une entité désincarnée sans lien avec les territoires qui la composent, oubliant son histoire et son contrat originel, une organisation incapable d’apporter les réponses aux attentes actuelles des habitants. Nous, maires, conseillers municipaux et élus de la Métropole de Lyon, ne sommes pas entendus par Bruno Bernard, Président de la Métropole, et son exécutif métropolitain lorsque nous les alertons et que nous leur tendons la main pour répondre collectivement aux enjeux de ce territoire, fort de 59 communes, qui est le premier pôle économique de la Région Auvergne-Rhône-Alpes et le deuxième de France", écrivent 44 maires mais aussi de très nombreux élus de la Métropole et des communes.

"Ce mépris est symptomatique d’une collectivité déséquilibrée, construite à l’envers, dont le modèle institutionnel incite à une gouvernance aveugle et verticale contre les communes et sans les citoyens", poursuivent les élus.


"Si sur tous les sujets, ils décident de nous sans nous concerter"

Olivier Araujo, le maire de Charly


Fin août, Olivier Araujo n'en disait pas moins à Lyon Capitale.fr : "Oui, on s'interroge sur la présence de Charly dans la Métropole de Lyon. Car si sur tous les sujets, ils décident pour nous sans nous concerter... Si à chaque fois qu'on demande la participation de la Métropole sur leurs sujets de compétence qui est par exemple la voirie, on nous dit non... Quel est l'intérêt de rester ? On a autour de nous les communes de Millery, de Vourles, elles sont dans le département du Rhône, et tout le monde vit très bien à Millery ou à Vourles. Aujourd'hui, ce nouvel exécutif nous incite à nous poser la question de la sortie". Une sortie, toutefois, très compliquée administrativement pour les communes. Certains élus ont planché, ces dernières semaines sur le sujet. En terme administratif et juridique. Et une réalité en ressort : quitter la Métropole, c'est tout sauf simple.

Mais cette hypothétique sortie de la grande Métropole de Lyon, c'est une réflexion, vraiment ? Ou surtout une menace ? "C'est vraiment une réflexion, insiste Olivier Araujo, le maire de Charly. J'étais cette semaine avec d'autres maires du secteur. Nous avons clairement évoqué le sujet. Ce n'est pas du tout une question d'opinion politique, c'est une question de travail en cohérence. C'est comme dans un couple, quand vous n'arrivez plus à faire de compromis, c'est qu'il n'y a plus d'avenir. Et là, on est vraiment dans une impasse. Quel que soit le sujet, ça ne fonctionne pas, on n'est pas concerté, on apprend des choses qui sont particulièrement impactantes. Ce n'est pas correct. On ne peut pas imposer ce type de sujet comme ça du jour au lendemain à notre population. Bien sûr, l'exécutif de la Métropole est légitime. Mais sur le terrain tous les jours, c'est le maire qui voit les administrés, qui doit expliquer les choses, qui doit expliquer les projets".

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut