Policier avec un lanceur de de defense LBD 40 lors d’une manifestation de Gilets jaunes à Paris © Lucas BARIOULET / AFP

Le patron de la police lyonnaise veut “maintenir” l'usage des LBD

Patrick Chaudet, le nouveau directeur départemental de la sécurité publique du Rhône a officiellement pris ses fonctions ce vendredi à Lyon. Durant un point presse, il s'est dit favorable au “maintien” de l'utilisation des lanceurs de balles de défense (LBD).

Depuis le début des manifestations des Gilets jaunes en novembre 2018, l'utilisation, par les forces de l'ordre, de lanceurs de balles de défense (LBD), fait débat. Le nouveau chef de la police lyonnaise, qui a pris ses fonctions ce vendredi, a défendu leur utilisation, mais dans un cadre strict. “Il s'agit d'une arme non létale utilisée dans les situations extrêmes. Je suis favorable à son maintien si elle est utilisée de manière juste et efficace”, a-t-il déclaré.

Selon un décompte fait par libération ,sur la base des travaux du collectif “Désarmons-les”, au moins 69 Gilets jaunes ou journalistes ont été blessés par des tirs de LBD. Parmi les victimes, au moins quatorze personnes ont perdu l'usage d'un œil. Dans le département aucun “blessé grave” n’a été signalé au nouveau DDSP contrairement à Rennes ou il était en fonction jusqu'ici. “Si les règles ne sont pas respectées (par les policiers, NdlR), les auteurs devront être condamnés, car on ne peut pas utiliser cette arme de manière inappropriée”, a-t-il affirmé tout en restant modéré. “Il y a aussi de la manipulation de la part de certains manifestants. Donc il faut aussi être prudent et séparer le bon grain de l'ivraie”, a conclu le chef de la police lyonnaise.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut