Le busing d'Oullins s'exporte à Asnières, en région parisienne

A ses côtés se trouvait également Sébastien Pietrasantra, jeune maire d'Asnières, une commune de la banlieue parisienne, lui aussi très intéressé par le dispositif (sur la photo, derrière Fadela Amara, avec des lunettes). Mis en place à Oullins depuis 2003, le busing consiste en un ramassage scolaire qui transvase les élèves d'une école située dans un quartier dit sensible vers un autre établissement situé dans une zone plus favorisée.

Et dès la rentrée prochaine, c'est à Asnières, ville de 85 000 habitants, que l'opération va se mettre en place. Cette commune a en effet la particularité d'être scindée en deux quartiers très différents. Celui des Hauts d'Asnières, plutôt populaire et où l'on trouve les grands ensembles d'immeubles datant des années 60, et celui de Flachat, résidentiel et clairement plus cossu. Sur le principe du volontariat, douze élèves de l'école primaire René Descartes, sur les Hauts d'Asnières, se rendront à partir de septembre prochain à l'école Jean d'Ormesson, à Flachat.

Sébastien Pietrasanta, maire PS de 30 ans qui a ravi à la droite, en mars dernier, une commune qu'elle détenait depuis 50 ans, pourra ainsi tenter de mettre en place 'les jalons de la mixité sociale'. Le fer de lance du plan banlieue de Fadela Amara, qui devrait verser des crédits à la municipalité d'Asnières. 'L'opération sera réussie si les enfants s'invitent réciproquement à leurs goûters d'anniversaire, sans que le quartier d'origine ne soit un critère', estime Sébastien Pietrasanta.

Dalya Daoud

La visite de Fadela Amara à Oullins, c'est ici.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut