Grégory Doucet / Point presse du 6 Juillet 2022 / Ville de Lyon
Grégory Doucet / Point presse du 6 Juillet 2022 © Romane Thevenot

La Ville de Lyon attaque la préfecture à propos des mineurs isolés

La Ville de Lyon demande la mobilisation de l'État pour répondre à la problématique des 87 mineurs isolés mis à l'abri au gymnase Gabriel Rosset.

Vendredi 13 janvier, Grégory Doucet le maire de Lyon, a interpellé l'État sur sa responsabilité dans l'accueil et la protection des mineurs isolés.

Pour rappel, Le 28 septembre dernier, la Ville de Lyon a ouvert un premier gymnase dans le 8e arrondissement, pour mettre à l’abri de jeunes mineurs isolés. Les mineurs isolés ont par la suite été hébergés au gymnase Gabriel Rosset, dans le 7e. Auparavant, ils vivaient depuis plusieurs mois dans un square "dans des conditions déplorables", précise la Ville qui ajoute qu'ils ont été logés "conformément aux valeurs d’humanisme et à la politique d’accueil, de la municipalité."

Les mineurs isolés vivaient depuis plusieurs mois dans un square "dans des conditions déplorables", précise la Ville.

"Aucune solution ou proposition n’a été apportée"

"Cette mise à l’abri se fait [...] aux frais de la Ville de Lyon", déplore la mairie. Elle demande une action et un soutien de la part de l'État. La Ville de Lyon précise : "ce sont plus de 6000 nuits de mise à l’abri et de temps de répit dont ont pu bénéficier ces jeunes." Une collaboration difficile avec la préfecture qui demande plus de temps pour agir.

"Cette mise à l’abri se fait [...] aux frais de la Ville de Lyon", déplore la mairie.

Contactée par Lyon Capitale, la préfecture rappelle que "dans le Rhône, l'État a un engagement énorme en ce qui concerne le logement d'urgence. En tout, nous avons 22 000 places sur le département, une augmentation de 130% depuis 10 ans."

Une collaboration relative

Un programme de logement pour les mineurs existe : "La Sation". Ce programme est porté en grande partie par l'État, mais aussi par les collectivités, la Ville de Lyon et la Métropole. Pour qu'un jeune soit intégré, la procédure veut qu'un recours soit examiné par le juge des enfants. Des procédures qui prennent du temps. Un temps que la Ville de Lyon a comblé en proposant des solutions alternatives comme les gymnases. La préfecture rassure : "dès qu'il y a des places, nous les distribuons."

"Dès qu'il y a des places, nous les distribuons" Préfecture du Rhône

En attente d'une réponse définitive de l'État et sous la pression des organismes de défense des mineurs isolés, la Ville de Lyon a travaillé en collaboration avec l'association LAHSO. Elle assure sa "volonté de coopération" avec l'État. On peut imaginer que la préfecture, la Ville et la Métropole pourraient travailler ensemble pour trouver des logements disponibles sur le territoire.

Laisser un commentaire

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut