japon-tremblement-de-terr copie
@ DR

"La présence de masses d'air très faiblement contaminées pourrait durer plusieurs jours, voire plusieurs semaines"

INTERVIEW - Avec l'arrivée de masses d'air faiblement radioactives au dessus de nos têtes dans le Rhône et la région Rhône-Alpes depuis mercredi 23 mars, Grégoire Deyirmendjian, chef de la division de Lyon de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN), chargé d'assurer, au nom de l'Etat, le contrôle de la sûreté nucléaire et de la radioprotection auprès des populations locales répond à nos questions.

Lyon Capitale : On nous a annoncé l'arrivée d'éléments radioactifs dans l'atmosphère à partir de ce mercredi à Lyon, cette pollution sera-t-elle, selon les informations dont vous disposez, dangereuse pour la santé des populations  ?

Des masses d'air très faiblement contaminées devraient atteindre la France métropolitaine à partir de mercredi, sans aucune conséquence sur la santé des personnes.

Pourquoi cette pollution ne sera-t-elle pas dangereuse, au regard de quels critères, de quelles informations vous prononcez vous ?

Grégoire Deyirmendjian  : Depuis le 12 mars 2011, les masses d'air contaminées résultant des rejets radioactifs qui se produisent sur la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi se déplacent tout en se dispersant dans les courants atmosphériques de l'hémisphère nord. Afin de formuler son appréciation, l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN) se fonde sur la modélisation de son principal appui technique, l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), réalisée en collaboration avec Météo France, qui permet de suivre et d'anticiper ce déplacement. En particulier, cette modélisation s'appuie sur les observations de l'Agence de protection de l'environnement des Etats-Unis (US-EPA) datées du 18 mars 2011, les masses d'air étant arrivées aux Etats-Unis dès le 17 mars 2011.

Faite vous confiance aux sources d'informations dont on dispose actuellement sur la pollution issue des accidents nucléaires japonais ?

Les autorités japonaises concentrent actuellement leurs efforts afin de résoudre deux problèmes tout à fait majeurs. Le premier consiste à retrouver un état sûr des réacteurs en situation accidentelle au sein de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi et nécessite la mise en œuvre de mesures de protection des populations telles que la mise à l'abri ou l'évacuation. Le second concerne la gestion de la contamination de l'environnement (eau, aliments, végétaux, etc.) et entraîne également la mise en œuvre de mesures de protection des populations telles que l'interdiction de consommation de denrées alimentaires. D'après les informations dont l'ASN dispose et qu'elle consolide en particulier en échangeant avec les Autorités de sûreté nucléaires étrangères, aucune mesure de précaution particulière n'est à prendre pour le public ou les personnes fragiles en France métropolitaine ou dans les territoires et départements d'outre-mer.

Certaines associations comme la fédération "Sortir du nucléaire" basée à Lyon semblent plus inquiètes que vous ou la Criirad quant à cette pollution, pourquoi entend-on des sons de cloches différents sur la dangerosité de la pollution de l'air  ?

L'ASN a annoncé dès lundi 21 mars 2011 que les masses d'air très faiblement contaminées devraient atteindre la France à partir de mercredi 23 mars 2011, sans aucune conséquence sur la santé des personnes. Sur la base des éléments qu'elle a pu collecter, la CRIIRAD a annoncé mardi 22 mars 2011 que le risque d'irradiation par les masses d'air contaminé sera négligeable.

Certains scientifiques du réseau sortir du nucléaire ont parlé notamment de la présence possible de plutonium dans l'air, ce n'était qu'une supposition, qu'en pensez-vous ?

Le plutonium peut être utilisé dans les centrales nucléaires au sein du combustible MOX. Ce type de combustible est utilisé sur certaines centrales nucléaires du territoire français mais également sur le réacteur n°3 de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi. Néanmoins, l'utilisation de combustible à base d'uranium conduit également à la formation de plutonium. Le territoire français dispose de 164 balises permettant de surveiller le niveau de radioactivité dans l'environnement. Très vraisemblablement, les niveaux de radioactivité des masses d'air contaminées seront si faibles qu'ils ne pourront être détectées par ces balises, malgré leur finesse de détection.

Est ce vrai que le plutonium, même en très faible quantité, peut être extrêmement dangereux pour la santé ?

Sur la base des informations dont l'ASN dispose, les mesures de protection des populations prises par les Autorités japonaises (évacuation, mise à l'abri) semblent adaptées aux risques radiologiques induits par les matières radioactives, incluant le plutonium, de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi. En France, aucune mesure de précaution particulière n'est à prendre pour le public ou les personnes fragiles.

Certains refusent de parler de "nuage radioactif" pour qualifier cette pollution. Comment qualifiez vous cette pollution ?

Les territoires principalement concernés par l'accident nucléaire de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi sont ceux qui se trouvent à proximité de la centrale nucléaire. La France se situe à 10.000 km environ du Japon. Concernant la France, l'ASN emploie la terminologie de "masses d'air très faiblement contaminées".

Combien de temps les éléments radioactifs seront-ils présents dans l'air à Lyon dans le Rhône et en Rhône-Alpes ? On parle de trois semaines.

La présence des masses d'air très faiblement contaminées dépend principalement de deux paramètres : les conditions météorologiques d'une part et l'évolution de la situation accidentelle à laquelle l'exploitant japonais TEPCO fait face au sein de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi. L'actualisation régulière de ces deux paramètres permettra de suivre le déplacement des masses d'air très faiblement contaminées. A priori, la présence de ces masses d'air très faiblement contaminées pourrait durer plusieurs jours, voire plusieurs semaines.

En fonction de la météo la pollution sera-t-elle la même, le beau temps de cette semaine et l'absence de nuages bas nous épargnent-ils ?

La pluie peut entraîner une concentration des dépôts consécutifs au passage des masses d'air contaminées. Ce phénomène peut être observé actuellement sur les territoires avoisinant la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi. Néanmoins, en France, même en cas de pluie, aucune mesure de précaution n'est à prendre pour le public ou les personnes fragiles.

Etant donné que vous disposez de balises de mesure de la radioactivité dans l'air à Lyon. Envisagez-vous de procéder à des mesures plus fines de la pollution radioactive à partir de ce mercredi ?

Très vraisemblablement, les niveaux de radioactivité des masses d'air contaminées seront si faibles qu'ils ne pourront être détectées par ces balises, malgré leur finesse de détection. Des prélèvements de poussières atmosphériques seront réalisés et analysés afin de permettre une caractérisation des matières radioactives des masses d'air issues de l'accident de Fukushima. Ces prélèvements et analyses nécessiteront plusieurs jours avant que les premiers résultats soient disponibles.

Les Japonais gèrent encore à l'heure actuelle les dégâts occasionnés sur leurs centrales, le problème est loin d'être réglé ... Des fumées blanches et noires ont notamment été repérées au-dessus de certains réacteurs ces derniers jours et les circuits de refroidissement ne sont toujours pas opérationnels. La pollution de l'air va donc se poursuivre au Japon ces prochains jours, voire ces prochaines semaines ... Doit-on s'attendre à une pollution de l'air plus conséquente dans les prochains jours, les prochaines semaines ?

Depuis le 17 mars 2011, l'Autorité de sûreté nucléaire observe que la situation de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi ne s'est pas dégradée. Néanmoins, elle reste exceptionnellement grave. L'exploitant et les Autorité japonaises concentrent actuellement leurs efforts pour assurer le refroidissement des cœurs de réacteur et des piscines d'entreposage des combustibles usés endommagés ainsi que pour rétablir l'alimentation en électricité de la centrale nucléaire. En fonction de l'évolution de la situation au sein de la centrale nucléaire de Fukushima et des conditions météorologiques, la modélisation réalisée par l'IRSN en partenariat avec Météo France permettra de suivre et d'anticiper le déplacement des masses d'air contaminées. Si l'on tient compte de la situation présente, aucune précaution n'est à prendre pour le public et les personnes fragiles en France et dans les départements et territoires d'outre-mer.

à lire également
Près de 350 pompiers professionnels du Rhône sont en arrêt maladie et reprochent à leur direction de ne pas entendre leur souffrance depuis des mois, voir des années, face au manque d'effectif dans les casernes.
2 commentaires
  1. objecteurdecroissance - 24 mars 2011

    à force de faire croire que l'atome c'est 'maîtrisé', on arrive à ça : http://www.dailymotion.com/video/xhr97h_jeu-video-explosion-nucleaire-au-japon_fun

  2. ciMdy - 28 mars 2011

    De la radioactivité dans l'eau de pluie dans l'état du massachusetts (cote est des états unis) 5700 km de Paris, ça se rapproche dis donc. Mais non, toujours rien à craindre!

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut