© Grégoire Gindre – Lyon Capitale

La Métropole de Lyon présente son nouvel outil pour mesurer l'impact social et écologique des entreprises

Ce mercredi 13 octobre, au salon Pollutec d'Eurexpo, Bruno Bernard a présenté un nouvel outil développé par la métropole qui mesure la responsabilité sociale des entreprises.

La métropole de Lyon continue d'accompagner les entreprises dans leur transition écologique. En septembre dernier, était lancé un "manifeste pour une industrie qui se transforme et s’engage pour l’environnement" au Salon Global Industries 2021. Les nombreuses allées du salon Pollutec d'Eurexpo Lyon accueillaient ce mercredi 13 octobre le président de la Métropole et plusieurs chefs d'entreprise pour présenter le nouvel outil du Grand Lyon : Gen'éthic. L'objectif : mesurer la responsabilité sociétale des entreprises grâce à plusieurs indicateurs concrets (social, écologie, économie, gouvernance). Un outil qui s'inscrit dans une stratégie environnementale plus globale sur tout le territoire métropolitain.

Capture d'écran Grand Lyon

Une volonté de "transformer le territoire"

"L'objectif est de transformer la métropole, tout en préservant le climat" assure le président écologiste de la Métropole Bruno Bernard lors de la conférence de presse de présentation de Gen'éthic. Entouré de Christophe Fargier, PDG de Ninkasi et de Damien Dumas, directeur de la stratégie d'Apicil, Bruno Bernard guide les journalistes sur le tournant écologique pris par la Métropole depuis plusieurs mois. Gen'éthic semble vouloir s'inscrire dans la durée auprès des entreprises du territoire et bien au-delà. "Cet outil a pour vocation d'être partagé avec d'autres villes françaises, comme Saint-Etienne Métropole qui accueille également un nombre important d'entreprises industrielles" commente Emeline Baume, vice-présidente déléguée à l'Economie, l'Emploi, le Commerce, le Numérique et la Commande publique.

"Aujourd'hui, la jeunesse cherche à travailler dans des entreprises qui ont du sens. La réalité économique est très importante mais je crois que les chefs d'entreprise doivent prendre conscience que c'est également liée au sens qu'un salarié accorde à l'entreprise dans laquelle il travaille. Il y aura peut-être moins de rentabilité à court terme mais je crois beaucoup à la rentabilité à long terme pour ces raisons-là" justifie Christophe Fargier, PDG de Ninkasi qui fait partie des beta-testeurs de l'outil. Le chef d'entreprise continue : "après avoir utilisé cet outil, j'ai vraiment pris conscience de notre déficit pour certains indicateurs. Par exemple, nous étions très mauvais dans l'emploi des seniors au sein de Ninkasi. Depuis, nous en avons employé trois" détaille Christophe Fargier dont son entreprise a eu 77/100 sur Gen'éthic.

Comment ça marche ?

Ce sont près de 150 indicateurs répartis en 4 critères qui offrent une grille de lecture aux entreprises qui souhaitent calculer leur impact social et écologique. Une fois connectées au site de Gen'éthic, les entreprises répondent à un questionnaire permettant d'évaluer quatre impacts, «  inclusion et justice sociale », «  soutenabilité économique », « viabilité environnementale », «  santé et bien-être au travail » et deux leviers, « gouvernance et coopérations », et «  activité à impact positif ». L'outil gratuit et "unique en France", permet d'évaluer leur impact sociaux et environnementaux sur le territoire, tout en identifiant les axes d'amélioration. Selon un communiqué, les professionnels pourront également "suivre leur progrès dans le temps".

Si l'outil n'est qu'une première version de la plateforme, testée pendant un an, il doit s'adapter à la taille des entreprises et à la nature de l'activité de la société. Dans son communiqué, le Grand Lyon précise que "des améliorations et des grilles sectorielles vont progressivement être intégrées à la plateforme".

©Grégoire Gindre - Lyon Capitale

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut