Aude Spilmont

La journaliste Aude Spilmont nous a quittés

L’équipe de Lyon Capitale a eu la douleur d’apprendre la disparition d’une des pionnières de la rédaction, Aude Spilmont, qui venait d’avoir 48 ans.

Elle faisait partie des pionnières de l’aventure Lyon Capitale, qu’elle a accompagnée pendant près de dix ans. Passionnée de danse, elle a lancé et tenu cette rubrique dans notre journal dès sa création, avant de se consacrer aux sujets de société : recherche, santé et surtout éducation. Un terrain d’investigation dont elle est devenue ensuite une spécialiste reconnue, notamment sur la chaîne éducative Cap Canal, au travers de la réalisation de documentaires.

Très appréciée pour ses qualités d’écriture et son sens du contact, sa rigueur et la clarté de sa pensée, elle a collaboré à plusieurs titres de presse, dont Libé, L’Huma, Viva ou Grains de sel, et animé des débats à la bibliothèque de Lyon et au théâtre des Célestins.

Tous ceux qui l’ont connue, dans ce grand open space de la rue Puits-Gaillot – qui a vu défiler toute une génération de jeunes journalistes lyonnais – se rappellent ses rires malicieux et ses coups de gueule sans complaisance. Mais c’est surtout sa capacité d’écoute et son extrême bienveillance qui reviennent, immanquablement, dans les conversations et sur les réseaux sociaux depuis l’annonce de cette triste et terrible nouvelle.

Aude, qui venait d’avoir 48 ans, luttait depuis quelques mois contre une tumeur, et nous n’imaginions pas qu’elle ne puisse pas avoir raison de cette maladie, tant sa force de caractère et son appétit de vivre nous semblaient être un antidote.

Toute l’équipe de Lyon Capitale, tous les anciens collègues et amis, qui nous ont contactés immédiatement pour se joindre à cet hommage, adressent leurs condoléances à ses filles, Lunalys et Aglaë, à son compagnon, Bruno, à toute sa famille et à ses proches.

1 commentaire
  1. patrick-bonnassieux - 24 mai 2016

    Je suis attristé d'apprendre la disparition de Aude Spilmont . Votre collègue Aude avait pour Lyon Capitale avait écouté et diffusé plusieurs de mes témoignages de militant pour le Tibet libre suite à divers actions menées par l'association 'Lions des Neiges' dont je faisait parti lors de visites de dirigeants chinois à Lyon .Je tiens à adressé mes plus sincères condoléances à ses enfants, à son compagnon, , à toute sa famille ainsi qu'a tous ses collègues et ami-e-s de la rédaction de Lyon Capitale .

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut