Grégory Doucet et Sylvain Godinot au garage du service Logistique et Festivités (DLGF) dans le 8e arrondissement de Lyon.

L'opposition critique le plan de renouvellement du parc municipal à Lyon : "ne polluons plus ici, mais polluons chez les autres !"

Ce jeudi 17 juin, le maire de Lyon et son adjoint délégué à la transition écologique ont présenté le plan de la Ville concernant le renouvellement des véhicules municipaux. C'est suite à ces annonces que Pierre Olivier, maire du 2e arrondissement de Lyon, et Béatrice de Montille, conseillère municipale, s'expriment dans un communiqué : "Au lieu de mettre au rebut des véhicules polluants et réduire la dette climatique, il préfère la délocaliser". 

Pour Pierre Oliver (maire du 2e arrondissement de Lyon) et Béatrice de Montille, conseillers municipaux du Groupe Droite, Centre & Indépendants à la Ville de Lyon, la politique de la Ville concernant la mise en place d'un parc de véhicules moins polluants tiendrait en une phrase : "Ne polluons plus ici, mais polluons chez les autres !". 

Selon eux, le maire de Lyon et son adjoint "se gargarisaient" hier de cette nouvelle politique, "en présentant à la presse les nouveaux véhicules propres de la ville de Lyon". Grégory Doucet et son adjoint Olivier Godinot ont en effet annoncé ce jeudi un plan d'investissement de 15 millions d'euros visant à remplacer 166 véhicules municipaux polluants. "La Ville s'engage à remplacer plus d'une trentaine de matériels et de véhicules par an, au lieu d'une dizaine précédemment", a annoncé Sylvain Godinot lors de cette présentation.

Pierre Olivier et Béatrice de Montille annoncent cependant que "l’après-midi même", une délibération leur a été présentée concernant "la cession aux enchères de 6 véhicules que l’on peut considérer comme polluants". Ces véhicules appartiendraient aux catégories Crit’Air 4 ou 5, interdits de circuler dans la métropole de Lyon depuis la mise en place en 2020 de la zone à faibles émissions (ZFE). Le montant final de la vente de ces 6 véhicules s'élèveraient à 44 836 euros selon le maire du 2e arrondissement. Il ajoute aussi que le maire de Lyon a fait don, en mars dernier, d'un véhicule polluant à la ville d’Ouagadougou.

"Au lieu de (...) réduire la dette climatique, il préfère la délocaliser", à la fois "en dehors de la métropole de Lyon", mais aussi "en Afrique", déclarent les deux élus. "C'est triste ..." concluent-ils.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut