garibaldi

L'avenir de la rue Garibaldi commence aujourd'hui

e74e08f190 ()

450 à 500 personnes se sont pressées lundi 8 novembre à la première réunion publique sur l'avenir de la rue Garibaldi. Le projet prévoit de réduire la rue à trois voies au lieu de quatre, dont une voie en site propre pour les bus et une piste cyclable. Les trémies seront enterrées pour deux d'entre elles et des arbres seront plantés le long de la rue. Les travaux débuteront mi-2012.

Dix élus sur la scène de la Bourse du travail, ils ne sont pas venus pour un concert de rock mais pour présenter le futur aménagement de la rue Garibaldi, promis dans le "projet pour Lyon" de Gérard Collomb en décembre 2008. La rue, l'une des plus longues de Lyon, près de 3,5 kilomètres sur trois ou quatre voies, traverse trois arrondissements lyonnais (6e, 7e. et 3e.) du Parc de la Tête d'Or au nord, au parc Sergent Blandan au sud. Véritable autoroute urbaine, très minérale, elle laisse peu de place aux piétons et aux modes doux. Mais tout pourrait changer à partir de 2014.

La première réunion publique sur le sujet se tenait lundi soir, dans le cadre du processus réglementaire de concertation préalable, ouvert le 19 mai. 450 personnes, des riverains et des associations principalement ont fait le déplacement. Le maire, cinq de ses vice-présidents au Grand-Lyon, des chargés de projet et l'urbaniste mandaté par le Grand-Lyon, Alain Marguerit, étaient présents. Ils ont présenté les grandes orientations du projet.

Faciliter le développement de la Part-Dieu

Gérard Collomb a commencé en expliquant que la requalification de la rue Garibaldi devait s'inscrire dans une "réflexion plus globale sur l'avenir de la rive gauche du Rhône." "Dans les quinze prochaines années, a dit le maire de Lyon, la Part-Dieu va être un quartier qui va prendre encore de l'importance, du fait de sa gare (elle se situe juste à l'Est de la rue Garibaldi, NDLR). Le TGV arrivera de Madrid, de Lisbonne et des villes allemandes, en passant par Strasbourg ; des trains arriveront d'Italie, et nous avons à penser au doublement de la ligne Paris-Orléans / Clermont-Ferrand. Cette gare va devenir un véritable hub, 800.000 m² de tertiaire vont s'y développer avec la tour In City notamment et un autre projet auquel nous réfléchissons actuellement."

L'urbaniste, Alain Marguerit, chargé de la réalisation du projet, est revenu sur l'histoire (1) du quartier. Tourné au départ vers le Rhône et qui s'est mis à regarder vers Villeurbanne par erreur au moment de la construction du centre commercial et de la gare, dans les années 80. Il souhaite maintenant redonner au quartier sa vocation première de liant entre l'Est et l'Ouest de Lyon, et faciliter l'accès des piétons arrivant par la gare au centre-ville. Pour cela, il veut ramener la rue, traversée par trois trémies (voies routières souterraines), au niveau du sol. Seule la trémie Lafayette serait à priori conservée.

"L'idée principale et majeure, explique l'urbaniste, est la relation entre les différents ensembles urbains qui font Lyon, la liaison entre le quartier des Gratte-Ciel et la Presqu'île. Jusqu'en 1980, la Part-Dieu n'était pas considérée comme un centre, le centre commercial s'est installé en sens inverse par rapport au projet initial et a tourné le dos à la logique originale de Charles Delfante (1). Ensuite est arrivée la gare de la Part-Dieu". Il dit maintenant "essayer de trouver des fondements au projet qui serve la ville et ses habitants".

Relier les différentes formes urbaines

Sur les formes urbaines rencontrées le long de la rue Garibaldi, Alain Marguerit explique que l'on retrouve plusieurs époques de l'urbanisme. "On a l'héritage de la trame Morand au nord, très organisée. La gare constituant une rupture. Puis les quartiers sud, jusqu'à Berthelot qui se sont faits sans référence à un plan d'urbanisme et aujourd'hui sont très denses". Ces différentes formes urbaines donnent des espaces publics de formes, de tailles et d'usages très différents. Une succession des petits espaces entre lesquels l'urbaniste veut "faire la relation" grâce aux "réseau urbain et à la végétalisation".

garibaldi ()

Faire de la place aux vélos et aux piétons

Concernant le nombre de voies, il en existe trois ou quatre actuellement en fonction de là où l'on se situe. Le projet prévoit de n'en conserver que trois, dont une en site propre pour les bus et une piste cyclable en double-sens, le long des trois kilomètres cinq de la rue. D'ici à ce que le projet soit réalisé, une piste cyclable temporaire pourrait voir le jour rue André-Philippe, la parallèle à la rue Garibaldi.

La passerelle et la station-service des Halles Paul Bocuse disparaitront, libérant ainsi 4000 m2 de parvis devant les Halles. Alain Marguerit évoque également la possibilité d'ouvrir le parvis de l'Auditorium actuellement "renfermé sur lui-même". Potentiellement, un espace de 7000 m2 serait ainsi libéré et pourrait être végétalisé. Place des Martyrs de la Résistance à Lyon 3e, l'urbaniste envisage d'ouvrir l'entrée à la piscine Garibaldi, "confidentielle et dangereuse pour les enfants". Il remarque aussi que le gymnase, situé derrière, est très mal desservi. Il voudrait faciliter ses accès.

L'urbaniste et le Grand-Lyon enfin, veulent que Garibaldi "ne soit pas une artère minéralisée", mais une "coulée verte qui rejoindra le nord (Parc de la Tête-d'Or) et le sud (futur parc Sergent-Blandan)". "Les corridors écologiques, explique-t-il, ce n'est pas que les plantes, et les petits oiseaux. Il ne suffit pas de faire des réserves naturelles, il faut créer des espaces végétalisés en ville pour ne pas être toujours obligé de faire 50 kilomètres pour trouver la nature".

garibaldi ()

Première phase réalisée d'ici 2014

"Pour des raisons financières et de calendrier", seule une partie de la rue Garibaldi sera réaménagée dans ce mandat. Celle située entre la rue Vauban (peu avant le cours Lafayette à Lyon 6e.) et la rue du docteur Bouchut (près de la Communauté urbaine à Lyon 3e.). Les travaux débuteront mi-2012 et se poursuivront jusqu'en 2014. La première phase coûtera près de 30 millions d'euros à la communauté urbaine, le projet global étant estimé à 67 millions d'euros.

Concernant le processus réglementaire, la concertation préalable qui donne au projet ses grandes orientations sera close le 22 novembre. Ensuite une seconde phase de concertation sur la forme à donner au projet sera ouverte, les premières esquisses de l'architecte seront alors dévoilées. Enfin, une enquête publique sera menée par des commissaires enquêteurs à partir de la mi-2011.

Si vous voulez participer aux débats et donner votre avis vous pouvez écrire à l'adresse garibaldi@grandlyon.org ou vous rendre sur le site http://www.grandlyon.com/Une-nouvelle-rue-Garibaldi.3205.0.html

(1) Charles Delfante, ancien directeur du groupe d’études pour la restructuration du centre de Lyon qui aboutira au quartier de la Part-Dieu, auteur de "La Part-Dieu - Le succès d'un échec", édité chez Libel.

à lire également
12 commentaires
  1. FrancoisG - 9 novembre 2010

    Bonjour, Juste pour réagir sur l'article : ce n'est pas la trémie Lafayette qui serait conservée mais c'est la trémie Guillotière (qui serait conservée pour l'instant).

  2. lyonnais - 9 novembre 2010

    Cher César Collomb,Votre jeu de simulation hier lors de votre messe de la bourse du travail est un leur, très cher, c'est un peu comme avec les SIMS ont fait dire ce que l'on veut.Ou si vous aviez raison très cher, c'est uniquement le soir entre 21h et 06h voir le 15 août. Le report de la circulation à certain endroit deviendra plus que problématique. Et vous nous dîtes que vous voulez avoir un vision sur le grand Part-Dieu(10/15 ans)alors que pour la Confluence vous nous l'avez tuer pour les 100 ans avec votre 'Tranchée Charlemagne'. C'est comme Incity (mdr) sans parking.J'ai une petite question pour vous César: Vous devriez venir travaillé dans cette tour depuis chez vous depuis votre colline vous feriez comment César ??? - Je vous réponds en voiture comme 80% des employés car les gens sont présser.

  3. lyonnais - 9 novembre 2010

    @FrancoisG, vous vouliez dire très certainement trémie Gambetta ?

  4. Ahbon - 9 novembre 2010

    « Lyonnais », si vraiment vous étiez pressé pour vous rendre au travail, vous utiliseriez votre vélo et non la voiture. En ville, la bicyclette est beaucoup plus rapide que l' automobile, mais pour le savoir il faut avoir lu des études sur le sujet, ou mieux, l'avoir essayé soi-même. La circulation automobile est infernale à Lyon car il y a des Lyonnais (et nous en connaissons tous) qui prennent leur voiture pour faire 2 ou 3 km pour se rendre à leur travail ou faire des courses ! Cela paraît improbable, mais je vous assure que certaines personnes le font vraiment !! Des gens prennent leur voiture pour faire 1 ou 5 km en ville... ! Pour diminuer les bouchons, il faudrait surtout que les automobilistes redécouvrent leurs jambes, consultent un plan des transports en commun, ou achètent une bicyclette...Le plus drôle (ou désespérant) est de voir tous ces gens qui s'entassent dans des bouchons pour faire 2 km, coincés dans leurs voitures, alors qu'à pied ils auraient effectué le même trajet plus vite et pour zéro euro...D'autre part, supprimer une voie de circulation sur Garibaldi n'aurait absolument aucun effet négatif sur la congestion automobile. La vieille croyance des années 50 selon laquelle 'plus il y a de voies, moins il y a de bouchons' est complètement hors de propos au XXIe siècle. De nos jours, n'importe quel urbaniste le sait bien. Malheureusement, c'est l'argument que nous a ressorti le maire de Lyon à la réunion d'hier soir pour enterrer la mise à 2 voies de la rue Garibaldi. Passer de 4, 5 voies à 2 voies, voilà qui aurait été ambitieux, volontaire, et qui aurait permis de mieux préparer l'avenir sans pétrole qui nous attend tous (même vous, « lyonnais »).

  5. lyonnais - 9 novembre 2010

    Ah bon ahbon, comme vous le savez très cetainement la Part-Dieu est un quatier d'affaire, que tout le monde n'habite pas sur la rive gauche du Rhône (malgrès ce qui c'est dit hier) et comme ces emplois sont quand même à haute valeur ajouté avec ces cadres. Que ces gens travaillant dans les bureaux avec des horaires correspondant pas forcément avec des plages horaires des TCL ou bien avec des trajets trop long en transport en commun car avec des correspondances plus que assardeuses. On prend les transports quand ils sont rapide en direct ou presque (correspondance métro) entre un point A et B. - Avez-vous vu un plan des transport en commun quand vous avez des barrières de partout ( centre d'échange et gare de Perrache / gare de la Part-Dieu avec LEA-Rhônexpress d'un côté par raport au métro) et hier César Collomb nous a dit que ce n'était pas grave (mdr). Il n'a vraiment pas de cervelle ce type, comment font les premiers voyageurs de Rhônexpress qui arrive le matin par le métro à la Part-Dieu et qui se trouve devant les portes closes de la gare avant 5 heures ?? Je fait parti de ceux qui pense qu'il aurait été plus judicieux de le faire arrivé de la porte ouest. Vous voulez qu'il n'y ai que deux voies de circulation pour que l'on arrive au même merdier de la Tranchée Charlemagne ?Et notre César local hier soir nous a encore menti, cette artère n'est pas que péri local. Elle sert de liaison entre le tunel de la Croix-Rousse d'un côté et l'avenue Berthelot de l'autre et donc de transit au sein de la rive gauche.@Ahbon, ne vous inquiétez pas pour moi je suis en vélo tous les jours mais j'habite en ville centre.

  6. MLBRLyon - 10 novembre 2010

    Une énième fois, l'équipe en place fait preuve de sa médiocrité et manque d'ambition dans le domaine des transports. Tout en reconnaissant que le trafic sur Garibaldi est principalement du cabotage de quelques km (une part importante de ce trafic sauterait donc naturellement une fois cette voie pacifiée, remise à plat, etc.) ils maintiennent 3 voies pour envoyer un signal digne des années 70 aux quelques grosses boîtes de la Part Dieu qui n'ont pas encore compris que leurs employés arrivaient avec de multiples moyens de transport et pas qu'en voiture (cf les parkings privés du coin largement sous remplis, EDF & co). Il y avait une occasion unique de casser un cercle vicieux et transformer un quartier d'affaires à la sauce 'scandinave' (où tout le monde, cadres en premier, arrivent à vélo car vivant en ville et non à 50 km de son lieu de travail parce que la ville est invivable, justement en grande partie à cause de l'automobile...), cette occasion est ratée, annihilée... Bravo d'avoir tout verrouillé, messieurs Touraine, Collomb, pour avoir discuté en tête à tête avec eux lors des réunions préparatoires, vos techniciens sont ouverts et compétents, savent que vous et vos architectes pradéliens avez tort à 200% mais sont obligés de servir votre vision passéiste et automobiliste. Il est vrai que le Grand Lyon est situé rue Garibaldi... De plus la concertation une fois de plus n'a servi à rien et on va retrouver en 2014 (!) des pistes cyclables hors chaussée, dangereuses pour piétons et cyclistes alors que de simples bandes sur chaussée auraient été suffisantes. Lyon en 1970, Lyon en 2010: la politique de déplacements faite par et pour des automobilistes...

  7. lyonnais - 10 novembre 2010

    A MLBRLyon, - Oui l'idée de faire de la Part-Dieu un quartier d'affaire à la mode 'scandinave' est très bonne mais ont-ils chez eux la même topographie accidenté que la notre ? - Je ne le pense pas! - Et vous l'avez bien dit, ils habitent en ville et non plus ou moins loin. Et pour ceux qui habitent en extérieur pour X raison ont des raiseaux de transport avec connexion rapide avec changement plus que agréable. Prenons les gens qui arrive par le côté Est de la Gare, eux doivent tout traverser (perte de temps) alors qu'une arrivée côté centre commercial était la plus judicieuse. Cela aurait mit plus de temps pour la construirre mais nous aurions eu une installation pérène sans que l'on ait à la retouché -(à mais voila, il voulait l'innauguré avant sa réélection et personne ne sans est apperçu sauf les quelques 40 % des personnes n'ayant pas voter pour lui).L'autre soir il a osé nous dire que nous avions échappé à une ZUP en coeur de ville (mdr) avec Delfante, qu'est-ce qu'il nous a pompé à la confluence? Une Duchère en ville centre avec ces barres les une contre les autres et ces barières d'accès.Alors oui ce pauvre César Collomb n'a pas du tout une vision sur le long terme, un long terme est pour des personnes normalement constitués de l'ordre de 100 ans comme ce qu'a fait Morand, ce que Mr. Noir a fait avec la ligne D du métro et la B (Gerland, demain Oullins) d'ailleurs lundi soir notre plouc de César maire nous a dit que c'était lui qui avait fait la gare de Jean Macé, encore faut il l'a inauguré pas pas lancer.

  8. Ahbon - 10 novembre 2010

    « Lyonnais », si vraiment vous faites du vélo tous les jours, et à moins d'habiter à Croix-Rousse et de travailler à Fourvière, vous devriez en convenir : l'argument sur la topographie «accidentée» de Lyon n'est qu'une mauvaise blague. On a, excepté 3 collines, une ville plate ! (on parle de Lyon, pas de l'Ouest Lyonnais...). Mais on le sait bien, les automobilistes indécrottables ont toujours mille excuses pour ne pas se mettre au vélo : c'est lent (faux), c'est dangereux (faux), on arrive au boulot en transpirant (faux), c'est dur (faux)...Concernant le débat vivier merle / vilette, je suis d'accord avec vous. T3 aurait du tirer jusqu'à V. Merle, comme T4... Mais c'est un autre sujet.Enfin, cela ne sert à rien d'être insultant comme vous l'êtes envers le maire de Lyon. Il prends des décisions qui ne vous plaisent peut être pas, mais ce n'est pas une raison pour le traiter de 'plouc' ou de 'pauvre'. Enfin, c'est mon avis 😉

  9. FrancoisG - 10 novembre 2010

    @lyonnais Oui je voulais bien dire la trémie Félix Faure / Gambetta (je ne sais pas pourquoi j'ai mis Guillotière d'ailleurs)

  10. lyonnais - 10 novembre 2010

    @Ahbon, je n'habite pas une colline puisque je vous aie dit que j'habitais Lyon ville centre, les collines mêmes très belle sont pour moi en dehors du centre comme le confluent.Bien sûr que les hommes et femmes d'affaires peuvent venir en vélos avec les vélos de style hollandais sans transpirer et je n'aie jamais dit que c'était dur (sauf peut-être le premier mois.Pour moi la ville de Lyon n'ait pas si platte que cela, nous n'avons qu'à regarder le Sud Ouest (Oullins/St Genis... voir Parilly, St-Clair/Caluire) mais nous avons pleins de handicape visible où invisible (fleuves, voies férrées). La troisième colline pour vous est-ce Montchat ? Si c'est celle là alors oui, d'accord avec vous.Nota: je parlais de colline parcequ'il y a un personnage important de la vie lyonnaise qui y habite et que demain si Incity ne devait pas se faire pour cause de parking sous cette forme, comment ce personnage ferait pour y aller en mettant les services de la ville de Lyon puisqu'il a promit sa réalisation.

  11. Sphinx03 - 10 novembre 2010

    je trouve étonnant que le projet Garibaldi n'intègre pas la partie au nord de la rue Vauban. Ils veulent inviter les cyclistes à emprunter Garibaldi, mais que font-ils une fois arrivés à Vauban? Il faut bifurquer pour retrouver la rue Boileau ou Créqui afin de poursuivre son chemin vers le nord? Je trouve dommage qu'il n'y ait pas de piste cyclable pour continuer à remonter la rue Garibaldi à partir de ce point. Et quid des transports en commun au nord de Vauban...?

  12. Ahbon - 11 novembre 2010

    « Lyonnais », je ne pensais pas à Montchat mais... à la Duchère. Les fleuves et voies ferrées ne devraient pas constituer d'obstacle... mais puisqu'il est « impensable » de supprimer des voies de circulation voitures, nous nous retrouvons avec des aberrations (exemple : pont Churchill, 7 (!) voies de circulation, rien pour les vélos. Même constat pour la Mulatière. Pont Clémenceau : 6 voies, rien pour les vélos... la liste est longue).La notion de « plat » est relative bien entendu à chaque individu (j'habite en haut d'une des collines, donc Montchat ne m'apparaît pas comme telle... même si effectivement ce n'est pas tout plat pour y aller)Avec ce projet Garibaldi, M. Collomb ne satisfait ni les fanas de la voiture (suppression des trémies) ni ceux qui espéraient retrouver une rue à taille humaine.

  13. lyonnais - 13 novembre 2010

    @Ahbon, nous n'avons pas certainement les mêmes amis car les miens qui sont obligés de prendre leur voiture le font pas par fanatisme du volant mais parcequ'ils y sont obligés de pas leurs professions, leurs lieux de travail peu voir pratiquement accessible en transport en commun et par perte de temps entre les correspondances de ces derniers.Ces gens là prennent leurs voitures parcequ'ils sont obligés de faire des courses, prendre les enfants, la grand mère etc... avant ou après le travail.

  14. Ahbon - 15 novembre 2010

    « Lyonnais », il n'y aurait jamais de bouchon si, au lieu de se chercher des excuses, les gens prenaient les transports en commun quand cela serait possible.Mais si, on a les mêmes amis : « ah je prendrai bien le vélo mais :-il pleut-il -fait trop froid -il fait trop chaud -c'est dangereux -c'est trop cher -c'est trop lent -je devais emmener les enfants à l'école (à 200m) -je devais faire des courses (une bouteille de vin) -l'air est trop pollué par les voitures (donc je prends la mienne) -il n'y a pas assez de pistes cyclables -j'ai peur de me faire voler mon véloEtc etc etc...Si seuls les gens qui étaient vraiment forcés d'utiliser leurs voitures (suite à des contraintes professionnelles ou physiques) le faisaient, il n'y aurait plus jamais aucun bouchon à Lyon.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut