Kem-One : le préfet Carenco rencontre Montebourg ce mercredi

Le préfet Carenco déjeunera ce mercredi avec Arnaud Montebourg. Ils évoqueront le dossier Kem-One. Si le tribunal a validé le plan de financement des 6 prochains mois, reste encore à trouver un repreneur.

Jean-François Carenco est à Paris pour deux jours. En préambule de plusieurs rendez-vous avec les chefs de cabinets des ministères du Transport, du Logement et de l’Intérieur, le préfet de Rhône-Alpes déjeunera ce mercredi avec le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg. Plus que gastronomique, le menu s’annonce social et économique, avec en plat de résistance le dossier Kem-One.

L’entreprise pétrochimique spécialisée dans la fabrication du PVC avait été placée en redressement judiciaire le 27 mars dernier avec un délai de 6 mois accordé pour trouver un repreneur.

Montebourg "prend acte avec satisfaction"

Mardi 9 avril, le tribunal de commerce de Lyon a validé le plan de financement de l’entreprise pour les six prochains mois. L’ancienne maison-mère, Arkema, assurera le paiement des salaires des employés sur cette période.

D’un autre côté, 105 millions d’euros de trésorerie devaient être rassemblés. Le 3 avril dernier, le préfet annonçait que 90 millions d’euros avaient déjà été réunis. Si les 105 millions d’euros n’ont pas été atteints, le tribunal de commerce a néanmoins confirmé la période d’observation de 6 mois. Une décision dont le ministre du Redressement productif "prend acte avec satisfaction". Ce mardi, dans un communiqué, Arnaud Montebourg estimait avoir "pesé, en lien avec le préfet, l'Administrateur Judiciaire et le tribunal de commerce, pour rassembler le financement le plus élevé possible".

Un repreneur avant le 14 juin

Mais tout n’est pas encore gagné pour la jeune entreprise, ancienne filière vinylique d’Arkema. La date limite de dépôt des offres de reprise a été fixée par le tribunal de commerce au 14 juin. D’ici là, le ministère a chargé le Conseil général de l’Economie de l’Industrie, de l’Energie et des Technologies (CGEIET) de mener une mission d'analyse des enjeux industriels et sociaux de la filière éthylène française. Cette mission devra "permettre d’identifier les déterminants de la compétitivité de la filière éthylène afin de dégager des solutions préservant au mieux l’activité et l’emploi de cette filière", précise le ministère. Comprendre repérer les points forts de la filière pour mieux la valoriser.

Le groupe Kem-One emploie 1.800 personnes réparties sur 5 sites en France, dont ceux de Saint-Fons et de Balan (Ain).

Faire défiler vers le haut