Kamel Kabtane, recteur de la grande mosquée de Lyon © Tim Douet
Article payant

Kamel Kabtane, recteur de la mosquée de Lyon montre sa "solidarité avec le peuple français”

Le parquet antiterroriste a ouvert une enquête ce jeudi 29 octobre pour "assassinat" et "tentative d'assassinat". à Nice. Trois jours plus tôt, Kamel Kabtane, recteur de la grande mosquée de Lyon, président de l’Institut français de civilisation musulmane et du Conseil des mosquées du Rhône, tenait à montrer sa "solidarité avec le peuple français” face aux actes terroristes.

Quand il nous reçoit (lundi 26 octobre) dans son bureau de président de l’Institut français de civilisation musulmane, dont il est aussi le fondateur, Kamel Kabtane sait la symbolique de ce lieu. “Un formidable outil au service du vivre-ensemble”, comme l’indique son site internet.

Mais depuis le discours d’Emmanuel Macron sur le séparatisme islamiste, début octobre, celui qui est aussi recteur de la grande mosquée de Lyon, mitoyenne – “ici le lieu de la raison, là-bas un lieu de foi” – reste perplexe. “On attendait une parole forte sur l’organisation et la place de l’islam en France. La communauté musulmane, dans sa globalité, avait voté pour lui. C’est un discours qui nous a réveillés. Mais à quoi voulait-il en venir ? Aider les musulmans à s’intégrer ou aider certains partis politiques qui veulent montrer que l’islam n’est pas compatible avec la République ?”

Cet ancien employé du service des eaux de la Communauté urbaine de Lyon, devenu chargé de mission notamment pour s’occuper des relations avec les populations maghrébines, semble touché. Le regard se perd, un demi-siècle en arrière, lorsqu’il quitte Constantine, en Algérie, et traverse avec sa mère la Méditerranée pour arriver à Lyon. Le séparatisme ? “Quand je regarde ce qu’on a fait… on a entassé les gens les uns sur les autres dans les cités, où chacun se renvoie ses échecs. C’est vrai qu’on a fabriqué un particularisme, un communautarisme, un séparatisme.”

Il vous reste 78 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut