Derrière La Mulatière et Sainte-Foy-lès-Lyon,la campagne est proche ©PHOTOPQR/LE PROGRES/Maxime JEGAT
Article payant

Immobilier à Lyon : l’Ouest divisé sur l’arrivée du téléphérique

À Francheville et Sainte-Foy-lès-Lyon, l’arrivée possible du téléphérique interroge autant qu’elle inquiète. À Sainte-Foy notamment, les acteurs de l’immobilier redoutent une baisse des prix, engendrée par les désagréments visuels et sonores de ce transport par câble, dans un contexte de forte demande au sein de ce secteur de l’agglomération lyonnaise.

C’est un bout de campagne prisé à 20 minutes de Lyon en voiture. Un coin calme de la métropole qui bruisse depuis quelques mois à l’idée de l’arrivée d’un téléphérique pour relier les hauteurs de Francheville au bout de la Confluence et du quartier de Gerland en passant par Sainte-Foy-lès-Lyon. Un transport par câble qui devrait transporter “20 000 à 25 000 voyageurs quotidiens” selon le Sytral et qui soulève déjà beaucoup de critiques parmi les habitants et d’interrogations chez les futurs acheteurs.
Il faut dire que les habitations fidésiennes ont pris beaucoup de valeur depuis plusieurs années. +23 % en deux ans pour les maisons, jusqu’à atteindre un prix moyen de 5 200 € du mètre carré, quand les appartements tournent autour de 4 500 €/m2 (+35 % en deux ans). Des progressions spectaculaires favorisées par un marché qui bouge très peu, explique Alexandre Schmidt, gérant de Lyon Agence spécialisée dans l’immobilier et par ailleurs ancien président de la Fnaim, installé depuis 15 ans à Sainte-Foy-lès-Lyon : “La tension immobilière est très forte actuellement à Sainte-Foy. Il y a très peu de turnover, la moyenne de détention des maisons est de 15 à 20 ans, donc automatiquement ça engendre des prix élevés. Cette situation conduit certains acheteurs à se détourner de Sainte-Foy pour aller vers Francheville, Oullins, Saint-Genis-Laval ou Chaponost.”

Il vous reste 83 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

Faire défiler vers le haut