Handicap International campagne nouveau logo
© Handicap International

Handicap International : nouveau logo, mêmes combats

Pour ses 35 ans, l’association Handicap International, née à Lyon en 1982, s’offre une nouvelle identité. Pour réaffirmer ses valeurs, l’ONG mise sur un nouveau logo "fédérateur". L’occasion de rappeler les champs d’action d’une des plus importantes associations internationales.

Action Handicap International

© Handicap International
Handicap International est présent dans 61 pays pour aider les populations à se reconstruire après les catastrophes naturelles ou les conflits armés

Une main, un sourire, des initiales : "C’est une main qui salue, qui se tend vers l’autre, mais aussi qui dit stop aux exactions", décrypte Xavier du Crest de Villeneuve, directeur de Handicap International France. Il poursuit : "Il nous fallait une identité qui soit fédératrice, non-clivante, qui aille au-delà des cultures, des langues et, des niveaux d’éducation." L’idée pour l’ONG est de devenir universelle pour les bénéficiaires et pour les bailleurs de fonds afin de simplifier le paysage associatif. Avec ce nouveau logo, l’association espère être davantage reconnue sur le terrain. Et pour cela, elle change aussi de nom dans les pays anglophones, et devient Humanité et Inclusion. "En anglais, ’’handicap’’ est trop péjorativement connoté, il ne porte plus les valeurs de l’association. Ce nouveau nom véhicule l’idée de bienveillance et la nécessité de construire des sociétés toujours plus inclusives." En conservant la couleur et les initiales, Handicap International entend renforcer sa présence déjà bien ancrée sur le terrain. Un changement de forme, qui n’enlève rien au fond.

Nouveau logo Handicap International

© Handicap International
Le nouveau logo Handicap International

Handicap International, c’est quoi ?

Non, l’association ne s’occupe pas que des personnes handicapées. Présente dans 61 pays du globe, l’ONG aide les populations locales à se "soigner" des maux de la guerre, mais aussi des catastrophes naturelles. "On est très présent à l’international, pour travailler avec les acteurs locaux et les Etats. Notre ADN c’est d’être révoltés, mais toujours de travailler avec les gens, pas contre eux." Urgence, prévention et accompagnement sont les trois piliers de l’association divisée en huit sièges internationaux : en France, en Allemagne, en Belgique, en Suisse, au Luxembourg, mais aussi aux Etats-Unis et au Canada. "Nous échangeons chaque semaine. Ces sièges permettent de faciliter les collectes ou les campagnes de communication à l’international, tout en s’adaptant aux différentes cultures. Chaque projet est validé par l’ensemble des associations, on agit ensemble."

Décliner les actions

Sur le terrain, ce sont actuellement 341 projets qui sont menés par des salariés formés. En parallèle, l’association organise aussi des événements annuels pour sensibiliser les publics. Les journées Sport Ensemble rassemblent valides et non-valides autour d’une compétition sportive. Déclinée à Lyon depuis l’année dernière, plusieurs villes devraient l’organiser. "Avec cette journée, on fait tomber les a priori, en réunissant tout le monde autour des valeurs du sport", se satisfait Xavier du Crest de Villeneuve. Dans un autre temps, chaque dernier week-end de septembre, sont organisées les pyramides de chaussures. Dans l’espace publics, des centaines des chaussures sont rassemblées pour rendre hommage aux civiles touchés par la guerre. "Ce sont environ 1 000 bénévoles qui sont mobilisés pour les pyramides." Pétitions en ligne, collectes dans les rues, sac à sapin ou kit plio, Handicap International c’est aussi un prix une association colauréate du prix Nobel de la Paix en 1997 pour sa campagne contre les mines antipersonnel et lauréate du prix Humanitaire Conrad N.Hamilton en 2011 pour son engagement auprès des personnes handicapées.

Handicap International campagne nouveau logo ()

© Handicap International
Handicap International veut fédérer les acteurs et les populations locales pour travailler plus efficacement sur le terrain

L’ère digitale, "une chance folle"

2018, Handicap International a bien saisi l’enjeu du numérique. "Aujourd’hui, les mesures d'un membres amputé sont scannées, et sont envoyées vers une imprimante 3D qui conçoit une prothèse, c’est beaucoup plus rapide", explique le directeur. Des drones sont aussi utilisés pour cartographier les terrains minés. En parallèle, Handicap International mise depuis 2016 sur l’utilisation de masques de réalité virtuelle pour sensibiliser les visiteurs aux horreurs de la guerre. "C’est aussi un moyen d’attirer un public différent, plus jeune. On mise sur l’avenir en considérant que, plus tard, ils seront peut-être engagés pour la solidarité." Elargir la cible, c’est aussi connaître les idoles de son temps. Début 2017, le footballeur brésilien Neymar devenait ambassadeur de Handicap International. "C’est lui qui est venu nous voir. On a immédiatement accepté, parce qu’il touche énormément de gens grâce aux réseaux sociaux, et aussi parce que c’est quelqu’un de bien, qui a des valeurs et qui œuvre beaucoup pour les enfants, sans forcément s’en vanter", avoue Xavier du Crest de Villeneuve. Un modèle projectif qui devrait sensibiliser des publics qui jusqu’à là ne se sentaient pas impliqués.

à lire également
Ce samedi 29 septembre, l’ONG Handicap International s’est installée sur la place Bellecour pour la 24e édition de la pyramide de chaussures. Plus qu’une pyramide, de nombreux ateliers sont mis en place pour sensibiliser et mobiliser les citoyens contre les bombardements de civils dans les conflits armés. 
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut