Gilets Jaunes au péage de Villefranche (Photo by ROMAIN LAFABREGUE / AFP)

Gilets Jaunes à Lyon et dans le Rhône : entre rumeurs et essoufflement

Ce mercredi 21 novembre, on ne recense plus aucun blocage majeur opéré par les Gilets Jaunes à Lyon et dans le Rhône. Selon plusieurs sources, le mouvement s’essouffle dans le département, tandis que la majorité des actions évoquées sur les réseaux sociaux ne sont que des rumeurs ou des initiatives individuelles non suivies.

Selon les derniers comptages, ils étaient une centaine de Gilets Jaunes à se mobiliser encore dans le Rhône mardi 20 novembre : le matin une trentaine a tenté une action du côté de l'A89 à hauteur de Tarare, une douzaine à Villefranche au péage de Limas sur l'A6. Mardi après-midi, autour de cinquante personnes ont voulu se mobiliser au péage de Villefranche Nord à Arnas, avant d'être chassées par les gendarmes. Les forces de l'ordre ont désormais la consigne d'empêcher tout blocage. Selon plusieurs sources, le mouvement s’essouffle dans le Rhône, où il est majoritairement présent en petit nombre autour de Tarare et Villefranche où une vingtaine de personnes continuent de se montrer sans bloquer. À Villefranche, le maire Thomas Ravier a accepté de prêter une salle pour la tenue d'une "assemblée générale citoyenne" organisée par les Gilets jaunes mercredi 21 novembre à 20h15, selon nos confrères du Progrès. La mobilisation autour de ce rendez-vous sera un indicateur important sur la suite du mouvement du côté de Villefranche.

Aucune mobilisation à Lyon

À Lyon, depuis le samedi 17 novembre et la manifestation qui a réuni entre 300 et 500 personnes, les Gilets Jaunes n'ont pas fait de nouvelles actions majeures. Sur les réseaux sociaux, quelques initiatives individuelles ont été lancées, sans jamais être suivies. Depuis dimanche, ce sont surtout les rumeurs qui ont alimenté les discussions. Blocage de la Mulatière, de la raffinerie de Feyzin, voire du centre logistique d'Amazon à côté de l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry alors qu'il n'est pas encore construit (lire ici), toutes ces rumeurs se sont révélées fausses. Des initiatives continuent d'être lancées, sans pour autant parvenir à réunir du monde sur Facebook. Ainsi, seules six personnes se sont inscrites, pour l'instant, pour le blocage de la préfecture du Rhône vendredi 23 novembre. D'autres s’interrogent pour savoir s'il faut se rendre à Paris samedi dans le cadre d'une action nationale ou si quelque chose est prévu à Lyon à Bellecour ou aux Terreaux. Pour le moment, aucune action ne se distingue pour les deux lieux. A Lyon, les Gilets Jaunes cherchent un second souffle et samedi pourrait être un tournant.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut