Factures © DR

Gaz, électricité, tabac, chômage partiel : ce qui change ce 1er février

Toutes les mesures et variations de tarifs qui entrent en vigueur en France dès ce 1er février.

C’est une habitude en début de mois, de nouvelles mesures gouvernementales sont mises en vigueur tandis que des changements de tarifs affectant le pouvoir d’achat des ménages sont appliqués.

Le prix du gaz augmente

Mauvaise nouvelle, les tarifs réglementés du gaz vont augmenter de 3,5 % en moyenne. Cette hausse concerne principalement les foyers qui se chauffent au gaz et dans une moindre mesure ceux qui l’utilisent pour la cuisson et l’eau chaude.
La Commission de régulation de l’énergie justifie cette hausse par une forte demande en Asie, liée notamment à un hiver rigoureux en Asie de l’Est, qui a tendance à faire grimper les prix du gaz dans le monde.

Le tarif de l’électricité part aussi à la hausse.

Les tarifs réglementés de l’électricité suivent la voie du gaz, avec une hausse en moyenne de 1,6 % conformément à la proposition de la Commission de régulation de l’énergie. Environ 15 euros par an, en moyenne pour un foyer résidentiel.
Cette fois, la responsabilité est à trouver du côté du Covid-19 qui a perturbé les opérations de maintenance du parc nucléaire et l’augmentation des coûts de commercialisation d’EDF pour les clients professionnels à cause des impayés.

Et les péages…

À compter de ce 1er février, les conducteurs de véhicules légers seront confrontés à une hausse des tarifs en moyenne de 0,44 % du prix des péages routiers.

Certaines marques de tabacs verront leurs prix augmenter

C’est devenu classique, le prix du tabac va augmenter de 10 centimes. Quelques marques sont concernées, notamment Lucky Strike et Camel.

Changement dans l’indemnité de chômage partiel

L’évolution de la crise sanitaire rend incertaine ce changement. Normalement, selon un décret du 24 décembre, une augmentation du reste à charge sur le paiement des heures chômées de 15 à 40 % est prévue le 1er février dans le régime général. Les salariés percevront une indemnité à hauteur de 60 % minimum de leur rémunération horaire brute (72 % du net), contre 70 % précédemment (ou 84 % du net).Les secteurs en difficulté, le tourisme, l'hôtellerie, la restauration, le sport, la culture, le transport de personnes et l'événementiel sont exclus de ce changement. Le montant dans de l’indemnité pourrait toutefois être maintenu pour un mois supplémentaire.

Les deux-roues ne pourront plus circuler entre les files là où la mesure était expérimentée

La sécurité routière va définitivement interdire la circulation inter-file ce 1er février. Une expérimentation menée depuis 4 ans sur certains axes, notamment dans le Rhône, s’est achevée le 31 janvier. Les résultats ne sont pas bons, la sécurité routière a constaté une hausse de l’accidentalité de 12 % des deux-roues là où la circulation inter-file était autorisée. A contrario une baisse de 10 % a été constatée sur les autres routes.

Mise en place du « chèque psy » pour les étudiants

C’est une des mesures annoncées par Emmanuel Macron pour répondre au mal-être étudiant à cause de la crise sanitaire. Le chèque psy sera accessible dès ce lundi aux étudiants qui en feront la demande.

La validité des tickets restaurants élargie

Une bonne nouvelle pour finir, comme prévue la durée de validité des tickets restaurants censés expirer ce 1er février est élargie jusqu’à septembre 2021.

Faire défiler vers le haut