Agnès Marion
Agnès Marion à la préfecture pour les résultats des législatives © Tim Douet

Famille nombreuse : une élue RN à la région envoie sa #PostcardsForMacron

"S’il vous plaît, présentez-moi la dame qui a décidé, étant parfaitement instruite, d’avoir sept, huit, neuf enfants". La petite phrase sortie d'un discours d'Emmanuel Macron prononcé le 26 septembre à New-York à propos de l'éducation des femmes et de la natalité en Afrique provoque des réactions du monde entier sur les réseaux sociaux. À Lyon, l'élue RN à la région Agnès Marion s'est fendue de son tweet.

L'effet boule de neige. Alors que le discours d'Emmanuel Macron du 26 septembre à New York était passé presque inaperçu, une phrase retient depuis plusieurs jours l'attention des internautes à travers la planète. "S’il vous plaît, présentez-moi la dame qui a décidé, étant parfaitement instruite, d’avoir sept, huit, neuf enfants", a déclaré Emmanuel Macron en évoquant spécifiquement la démographie sur le continent africain. Ce n'est que quelques semaines plus tard que le phénomène prend de l'ampleur, avec la création du mot dièse #PostcardsForMacron et la réaction de mères de familles américaines qui, choquées par ces propos, le prennent au mot. Sur Twitter, elles envoient par centaine des photos de leurs nombreux enfants en indiquant leur niveau d'éducation.

"Excusez ma mauvaise éducation"

Le phénomène débarque rapidement en France et sera mis en lumière par le site de Russia Today puis partagé par Marine Le Pen. L'élue d'extrême droite au conseil régional, Agnès Marion, s'est prêtée à la contestation en adressant ce tweet au président de la République : "J'ai quelques diplômes universitaires, je suis chef d'entreprise, élue de la nation, et j'ai...6 enfants :  excusez ma mauvaise éducation".  La polémique ne s'est pas embarrassée de la suite du discours d'Emmanuel Macron, la phrase en question étant suivie par "s’il vous plaît, présentez-moi la jeune fille qui a décidé de quitter l’école à 10 ans pour se marier à 12 ans", puis quelques secondes après par ces mots : "Je suis d’accord pour qu’une femme ait sept ou huit enfants, si c’est son choix, après ses études. Ce n’est pas le cas aujourd’hui.  C’est pourquoi, pour moi, l’éducation est la réponse principale d’abord pour éviter le pire, ensuite pour maximiser les opportunités dans les pays africains et dans le reste du monde, et enfin pour contrôler correctement la démographie parce qu’elle sera choisie".

à lire également
Gérard Collomb de retour à Lyon après sa démission © Tim Douet
Homme politique pionnier au début des réseaux sociaux, Gérard Collomb a profité pendant un temps d'une certaine bienveillance sur Facebook et Twitter. Mais depuis son passage au ministère de l'Intérieur, les interactions des internautes sont bien moins sympathiques.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut