ET UN MARCHE PUBLIC DE PLUS ANNULE !

Trois jours, plus tard, le juteux marché de 85 millions d'euros était annulé par le tribunal administratif.
Un scénario qui a tendance à se répéter au Grand Lyon. En décembre 2005, le marché du chauffage urbain (représentant un chiffre d'affaire de 450 millions d'euros) était annulé par la justice administrative. Dernièrement, en mars, le marché de l'optimisation de la collecte des déchets, attribué à Onyx, a connu le même sort.
Encore une fois, le Grand Lyon minimise ces reculades judiciaires par la voix du directeur de la propreté Bruno Coudret : "sur le fonds, il n'y a pas d'éléments d'annulation du marché de la collecte des déchets. Le juge estime seulement que l'ont aurait dû indiquer que la relance de ce marché faisait suite à un appel d'offre infructueux".
Eléments de forme ou de fonds, l'ennuyeux est que le recours déposé par le candidat malheureux, l'entreprise Sita-Mos (en charge de l'activité depuis 1902) aboutit à la relance d'une nouvelle procédure. Le candidat UMP à la mairie de Lyon, Dominique Perben, s'est saisi de ce cafouillage administratif en pointant "la multiplication des annulations des marchés publics" de la communauté urbaine comme de la ville de Lyon (notamment celui de la fourrière municipale), "signe d'une gestion hasardeuse (...) mettant en jeu la qualité des services rendus aux Lyonnais". L'ancien vice-président aux marchés publics, Patrick Bertrand, connaît bien la question. Pour celui qui a démissionné de sa fonction en dénonçant les marchés pipés du Grand Lyon, "la manière dont la communauté urbaine passe les marché manque de rigueur alors même que la direction des achats a été certifiée ISO 9001 ! Comme si fonctionnaires et élus se sentaient au-dessus des lois. Ce n'est certainement pas le porte-monnaie des administrés qui les préoccupent".
La multiplication de ces procédures judiciaires et d'appel d'offres a forcément un coût, ne serait-ce qu'en raison du personnel mobilisé.

à lire également
Ce jeudi matin, une fausse campagne publicitaire est apparue dans les panneaux JCDecaux. Reprenant les codes de la communication institutionnelle de la métropole, elle prétend que "Le Grand Lyon déclare l'urgence climatique et écologique". C'est un canular.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut