Article payant

Éducation : méthodes de travail et examens, et si tout se jouait dès la rentrée ?

Brevet, bac, partiels… Les examens jalonnent la vie des jeunes. Même si l’enjeu diffère, ces échéances apportent leur lot de stress et de découragement. Comment aider son enfant à partir du bon pied et à vivre au mieux ces années particulières ? Et si c’était l’occasion de gagner en confiance et d’apprendre enfin à bien travailler ?


On peut considérer que les examens et concours viennent couronner les efforts d’une ou plusieurs années et donner un sens au travail des élèves. Ces mêmes élèves sont pourtant nombreux à les considérer comme des perspectives stressantes plombant leur quotidien. D’autant que, dans un souci pédagogique, leurs professeurs y font référence régulièrement, pour ne pas dire quotidiennement. Sans oublier les parents qui se chargent d’en rajouter une couche à la maison au travers de discours anxiogènes.

Entretenir sa motivation

“Parler du bac à son ado dès le début de l’année en lui disant : ‘Fais attention, c’est important, si tu ne l’as pas, tu ne pourras pas faire telles ou telles études...’, c’est lui imposer une pression énorme en lui donnant des objectifs trop lointains, avec de gros enjeux de vie. C’est décourageant”, explique Isabelle Pailleau, psychologue clinicienne du travail et des apprentissages, directrice de La Fabrique à bonheurs* et auteure des livres Keep calm et réussis tes exams et Apprendre autrement avec la pédagogie positive.

Il peut être motivé un temps, mais cela tient rarement sur la longueur. “J’ai beau rappeler à mon fils l’importance de se mettre au travail dès la rentrée, lui parler du bac, de son orientation, j’ai l’impression qu’il ne se rend pas compte de ce qui se joue, explique Laurence, mère de Nathan, 17 ans. Il me dit qu’il a la flemme, et quand je rentre dans sa chambre, il est allongé sur son lit, avec son portable, les écouteurs vissés dans les oreilles… J’aimerais, un jour, le voir assis à son bureau, cahier grand ouvert, le stylo à la main...”

Il vous reste 78 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

Suivez-nous
d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut